Vague de chaleur et risques d'incendies en France et au Portugal

La France vit cette semaine sa troisième vague de chaleur estivale, avec des pics de températures pouvant atteindre les 40 degrés. Après le mois de juillet le plus sec jamais enregistré, les 96 départements du territoire hexagonal sont désormais concernés par le "plan sécheresse".

Dans les 46 départements en niveau de "crise" (rouge), seuls les prélèvements prioritaires sont autorisés, comme ceux pour l'eau potable, la salubrité, la santé et la sécurité.

Dans les 38 départements en niveau d'"alerte renforcée" (orange), les pompages pour l'agriculture sont réduits d'au moins 50% et il existe des limitations sur l'arrosage des jardins, golfs et lavage de voiture. Certains prélèvements sont interdits.

Dans les 9 départements en "alerte" (jaune), outre des limitations de prélèvement pour l'agriculture, certains prélèvement pour des activités nautiques sont interdits et l'arrosage des espaces verts est autorisés à certaines heures seulement.

Nouveaux feux de forêts à craindre en France et au Portugal

De nouveaux feux de forêts sont à craindre après ceux qui se sont déclarés en Haute-Corse et dans le Gard ces derniers jours. Deux incendies maîtrisés par les pompiers, plusieurs d'entre eux ont été blessés.

Dans la petite commune d’Aubais, près de Nîmes, les séquelles laissées par les flammes sont encore bien visibles. Jacqueline peut remercier les combattants du feu qui ont sauvé sa maison : "Sans eux, on n'aurait plus de maison à l'heure actuelle. On a vraiment eu très peur."

Le Portugal est aussi particulièrement touché par les incendies cette année, près 60 000 hectares sont déjà partis en fumée. Dans le centre du pays, comme à Pombal, les températures pourraient dépasser les 40 degrés cette semaine, favorisant de nouveaux départs de feu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles