Vague de chaleur, canicule, dôme, plume... Tout comprendre aux différents phénomènes

© Karl-Josef Hildenbrand / dpa / AFP

Un été de plus en plus précoce pour les Français. L'Hexagone connaît cette semaine des températures records pour la saison, avec des pointes à plus de 40 degrés dans certains endroits du pays . Cette épisode de chaleur peut renforcer la sécheresse inquiétante des sols et les risques d'incendies. Mais comment doit-on qualifier cette montée des températures ? S'agit-il d'un pic de chaleur, d'une plume ou d'une vague ? Quand parle-t-on de "canicule" ? Europe 1 fait le point avec Jérôme Lecou, prévisionniste de Météo France.

>> LIRE AUSSIVague de chaleur : trois règles à respecter pour supporter les fortes températures

Le pic de chaleur, une montée brutale et brève des températures

Le "pic de chaleur" est généralement "une montée brutale des températures maximales", indique le prévisionniste, "mais on peut aussi avoir un pic de chaleur nocturne". Cette montée des températures "est rapide, mais elle n'est pas durable", précise Jérôme Lecou, "donc on redescend très vite après avoir atteint des valeurs remarquables". Sur une courbe, cela se matérialise donc par un pic.

Il n'y a pas vraiment de seuil de température pour qualifier un pic de chaleur : il faut que le niveau du mercure soit remarquable par rapport à la saison. "Typiquement, en juin-juillet, des pics de chaleur sont des températures qui vont être au-delà des 35 degrés, en direction des 40", ajoute-t-il pour Europe 1.

La plume de chaleur, un phénomène fréquent

Le terme de "plume de chaleur" est relayé ces dernier...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles