Une vague de chaleur "anormale" asphyxie l'Espagne avant d'arriver en France

AFP - CRISTINA QUICLER

Avec des pointes à plus de 40 degrés, une vague de chaleur asphyxiait l'Espagne lundi 13 juin 2022 avant de gagner la France mardi, un épisode "anormal" pour la période provoqué par le réchauffement climatique.

Cet épisode de canicule survient quelques jours après le mois de mai le plus chaud depuis au moins 100 ans en Espagne. Il se traduit par "des températures extrêmes", a déclaré à l'AFP Ruben del Campo, porte-parole de l'agence météorologique espagnole (Aemet). Provoqué par une dépression localisée entre les Açores et Madère qui ramène progressivement sur l'Europe occidentale de l'air très chaud en provenance du Maghreb, il a débuté ce week-end et "pourrait durer jusqu'à la fin de la semaine", a-t-il ajouté. "Cette chaleur extrême, à ce moment du printemps, n'est pas normale" et est due au "réchauffement climatique", a encore dit M. Del Campo.

Selon l'Aemet, les températures dépasseront les 40 degrés dans le centre et le sud du pays et pourraient même grimper jusqu'à 43 degrés en Andalousie (sud), notamment à Cordoue et Séville. Et le mercure ne descendra pas la nuit en dessous des 20 ou 25 degrés, dans ces parties de l'Espagne.

La "plus précoce" en France

Sur les dix derniers mois, l'Espagne a traversé quatre épisodes de températures extrêmes : une vague de chaleur en août 2021 lorsque le record de la température la plus élevée jamais enregistré dans le pays a été battu (47,4 degrés à Montoro, dans le sud), des températures "exceptionnellement hautes" entre Noël et le jour de l'An, une vague précoce en mai et la vague actuelle. En France, un record a été enregistré lundi à l'échelle de la France pour 2022, avec un pic à 37,6°C enregistré à Cuers (sud-est)).

L'air chaud arrivera mardi dans le sud-ouest du pays où les températures pourraient atteindre 35-36°C, avant de se diffuser sur toute la moitié sud mercredi puis vers le nord. Pour la moitié sud, le pic sera jeudi, vendredi et samedi, avec 35 à 39°C, voire 40°C localement, a précisé à l'AFP Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo-France. Cette vague de chaleur serait "a priori, à l'échelle nationale, la plus précoce depuis le début des mesures" (en 1947, a-t-il précisé). Des restrictions d'utilisation de l'eau ont[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles