Vague de bombardements russes à travers l'Ukraine : au moins trois morts

La pluie de bombardements qui s'est abattue sur plusieurs villes à travers l'Ukraine jeudi 29 décembre a fait au mois trois morts et six autres ont blessés dont un enfant, selon le ministre de l'Intérieur ukrainien jeudi soir.

Le fournisseur d'énergie national Ukrenergo a déploré d'importants dégâts sur le réseau électrique des régions de Kharkiv, Kyiv, Lviv, Odessa, Mykolaïv et Kherson. À Lviv dans l'ouest, les frappes ont laissé 90% de la population sans électricité et dans la capitale, presque la moitié à la mi-journée.

Selon les autorités ukrainiennes, 54 des 69 missiles russes tirés ont été détruits. Si la salve de tirs russes semble avoir visé les infrastructures énergétiques, des débris sont tombées sur des habitations.

Après un appel bouleversant de sa petite-fille, Tetiana Denysenko s'est précipitée dans le quartier de Bortnychi, au sud de Kyiv. "Ma petite-fille m'a appelé et a dit "Grand-mère notre maison est en feu, nous avons été frappés. Maman a été projeté au sol, elle est inconsciente. C'est tout ce que j'ai pu entendre.", témoigne-t-elle avant de fondre en larmes. Lorsque Tetiana Denysenko est arrivée sur les lieux, sa fille était transportée dans une ambulance pour être opérée d'urgence et sa petite-fille était blessée à la jambe. "Dieu merci, les enfants sont en vie", s'est-elle exclamée.

Dans ce quartier du sud de Kyiv, une demi-douzaine de maisons ont été endommagées. Ses habitants doivent à présent vite réparer leur logement face aux températures hivernales et multiples coupures de courant. "Je vais couvrir les fenêtres avec du plastique pour l'instant, et ensuite je chercherai du verre. Qu'y a-t-il à faire ? Qui va nous aider ? La guerre est en cours, nous devons survivre d'une manière ou d'une autre.", indique Georgiy Yatsenko qui vit avec neuf autres membres de sa famille.

Le Kremlin avait prévenu qu’il n’y aurait aucune trêve pour Noël et le Nouvel An.