Vaccins. L’Afrique se méfie du programme Covax

·2 min de lecture

Des responsables de la santé africains critiquent la gestion et le paternalisme du dispositif censé faciliter un accès équitable aux vaccins dans tous les pays du monde.

Les premières livraisons des vaccins contre le Covid-19 offerts par les États-Unis arrivent en Afrique. Dimanche, le Nigeria a reçu 4 millions de doses de Moderna. Le 22 juillet, 1 million de doses de Johnson & Johnson ont été livrées à la Tanzanie. Le Burkina Faso, l’Éthiopie et Djibouti en ont aussi bénéficié quelques jours plus tôt.

Au total, Washington a promis 500 millions de doses pour 2021 et 2022 au système Covax, cette initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui veut faciliter l’accès aux vaccins contre le Covid-19, plus particulièrement aux pays à bas revenus.

<![CDATA[/* ><!]]>*/ Covax, quèsaco ?

Lancé en avril 2020 à l’initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Covax est une alliance de plus de 190 pays, d’entreprises pharmaceutiques, de fondations et d’organisations des Nations unies. Faisant office de fournisseur central de doses, le dispositif a pour objectif un accès mondial et équitable des vaccins anti-Covid-19. Le programme est codirigé par l’OMS, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi) et l’Alliance du vaccin (Gavi), auxquels s’ajoute le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), premier acheteur de vaccins au monde, comme “partenaire d’exécution” pour l’achat et la livraison. Covax vise l’acquisition de 2 milliards de doses d’ici à la fin de l’année – avec une réserve de 5 % pour une administration en urgence – et soutient la recherche de futurs vaccins. Selon l’Unicef, au 11 août, plus de 193 millions de doses ont été expédiées par l’intermédiaire du dispositif, principalement du vaccin d’AstraZeneca.

Cette bonne nouvelle ne suffit pourtant pas à cacher une colère qui monte en Afrique contre le système Covax. À ce jour, il a fourni 31

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles