Vaccins : que faire quand on a perdu son carnet de santé ?

Aurélie Sipos
Les rappels de vaccins doivent être faits à 25, 45, 65 ans puis tous les dix ans

Le retour de la maladie de la rougeole rappelle que la protection octroyée par les vaccins n’est pas éternelle.


« Êtes-vous à jour de vos vaccins ? » Chez le médecin, cette simple question provoque des sueurs froides à beaucoup de patients. Polio, rougeole, tétanos… impossible de se souvenir ce qui est noté sur ce bon vieux carnet de santé qui nous suit depuis la tendre enfance, parfois perdu entre deux déménagements… Pas de panique, il existe des solutions.

Outre une trace écrite sur le carnet de santé, les vaccinations sont conservées par notre médecin traitant. Si cela est possible il faut donc le recontacter, afin de faire le point avec lui. « S’il n’est plus en activité, il faut s’adresser au Conseil de l’Ordre national des médecins qui pourra le contacter », explique au Parisien Odile Vidal, pédiatre à la retraite.


LIRE AUSSI > Retour de la rougeole en France : qui sont les anti-vaccins ?

Si ce n’est pas possible, il faut prendre un rendez-vous chez un spécialiste qui va fera un bilan en fonction de plusieurs critères. « Tout dépend de l’âge. À 24 ans, par exemple, on va dire pas de panique. Car le dernier rappel aura été fait vers l’âge de 11 ou 12 ans, et à moins de parents anti-vaccins, il y a beaucoup de chances pour qu’il ait été fait », explique Julien Couratin, médecin généraliste. « Le but c’est essayer de recoller au calendrier », poursuit-il.

Certains vaccins peuvent être refaits « à l’aveugle »

En cas de doute, une sérologie (NDLR : une prise de sang) peut être demandée afin de contrôler les traces antérieures de vaccinations. Mais « si la personne perd son carnet de santé tous les ans, on va se poser d’autres questions sur la maladie… sourit le spécialiste. Sinon, il n’y a pas de risque pour la santé de refaire un vaccin ». Selon les recommandations des autorités sanitaires, les rappels s’effectuent à 25, 45, et 65 ans, puis tous les dix ans.

« Si on ne trouve pas de trace du vaccin, on peut en faire un à l’aveugle sans risque. Le tétanos peut être (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Perpignan : le combat des parents de Tino, décédé d’une maladie rare
Vous reprenez le sport ? Suivez l’avis de notre diététicienne
«Grève» de l’IVG : fausse menace et vrai mauvais coup de com’
Les députés votent la prescription de certains médicaments par les pharmaciens
Stress au travail : le repérer, le prévenir