Non, les vaccins contre le Covid-19 ne modifient pas le groupe sanguin d'une personne, expliquent des spécialistes

Rien n'indique que les vaccins anti-Covid changent le rhésus ou le groupe sanguin des personnes vaccinées, expliquent des spécialistes, contrairement à ce qu'affirme une note vocale partagée plusieurs centaines de fois depuis mi-juillet sur les réseaux sociaux. Ce phénomène n'a jamais été observé par les établissements de collecte du sang et les médecins interrogés par l'AFP. De plus, ces derniers ont expliqué qu'en l'état actuel des connaissances scientifiques, il est impossible que le groupe sanguin d'un patient change, sauf en cas de greffe de moelle osseuse.

Au début de cette note vocale de près d'une minute trente, partagée plus de 180 fois sur Facebook, un homme affirme avoir "deux patients, un homme et une femme, qui ont, suite à une opération, été vaccinés de 3 doses, apparemment leur rhésus sanguin a changé - chose qui n'existe pas - depuis leur troisième dose". "Tous les hôpitaux savent maintenant que le rhésus sanguin change après la vaccination. Pour ne pas affoler les gens, maintenant ils demandent systématiquement de refaire une prise de sang pour le rhésus (...)", assure-t-il. "Et en fait, les vaccins à partir de deux doses modifient les rhésus après 6,8 mois et en 3 doses après 2,3 mois".

"Cette annonce est officielle, je l'ai eue ce matin directement auprès de mon cabinet", affirme encore l'auteur de cette note vocale, sans citer le nom de ce cabinet.

Cette note vocale a été relayée sous différentes formes sur plusieurs réseaux sociaux en France et en Belgique, comme Telegram, Facebook, Twitter, VK ainsi que sur la plateforme Odysée.

Capture d'écran réalisée sur VK le 02/08/2022

Capture d'écran réalisée sur le site Odysée le 02/08/2022

 

 

L'AFP a interrogé plusieurs hématologues, des établissements de collecte du sang ainsi qu'un syndicat et une Fédération de médecins. Tous ont expliqué n'avoir jamais observé ou entendu parler d'un tel phénomène, ni de prises de sang systématiques après la vaccination comme l'affirment les publications que nous vérifions.

Ces spécialistes ont expliqué qu'en l'état actuel des connaissances scientifiques, un changement du rhésus sanguin n'est possible que dans le cas d'une greffe de moelle osseuse.

Le groupe sanguin est caractérisé par un gène, situé sur un chromosome, et par un antigène correspondant à la surface des globules rouges. Les fausses affirmations selon lesquelles les vaccins, en particulier les vaccins à ARN messager, peuvent modifier les gènes des personnes vaccinées sont légion sur les réseaux sociaux et ont été vérifiées par l'AFP à plusieurs reprises, ici ou encore ici. L'AFP a également publié des articles de vérification sur une prétendue coagulation dangereuse du sang après la vaccination, ici par exemple.

Aucun cas avéré de changement de rhésus après la vaccination

Le système Rhésus est, avec ABO, l'un des principaux systèmes permettant de classer les personnes en différents groupes sanguins. La classification traditionnelle des groupes sanguins est formée des lettres A, B ou O avec rhésus positif ou négatif. En fonction, notamment, de la présence d'un certain antigène à la surface de ses globules rouges, une personne fera partie du groupe A, B, AB, ou O.

Quant à la positivité ou négativité, elle est déterminée en fonction de la présence ou de l'absence d'un autre antigène à la surface des globules rouges.

Comme l'explique le site de la Croix-Rouge belge: "Le système ABO permet d’attribuer à chaque individu une lettre qui caractérise son groupe sanguin : A, B, AB ou O. Le système Rh détermine si vous êtes Rh positif ou négatif". Une personne O- aura donc un rhésus dit "négatif" - l'antigène n'est pas présent à la surface des globules rouges - tandis qu'une personne O+ a un rhésus dit "positif" - l'antigène est présent.

Contacté le 2 août 2022, le président de l'Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), Luc Herry, a déclaré n'avoir jamais entendu parler d'un quelconque changement de groupe sanguin ou de rhésus après une vaccination. Et contrairement à ce qu'affirme l'auteur de la note vocale, "le rhésus n'est pas analysé systématiquement après une vaccination", a-t-il précisé. "Savoir si le patient a un rhésus positif ou négatif en dehors d'une transfusion de sang ou d'une grossesse, ça n'a aucun intérêt".

En France, la présidente de la Société française de médecine vasculaire (SFMV) et hématologue, Marie-Antoinette Sevestre-Pietri, a expliqué le 3 août 2022 "qu'aucun des membres n'a été en contact avec ces affirmations farfelues", ajoutant qu'en l'état actuel des connaissances scientifiques, un changement de rhésus lié à la vaccination "est impossible".

"On a prélevé plus de 20.000 groupes sanguins depuis le début de la pandémie et je n'ai vu aucun cas de modification de rhésus chez la population vaccinée", a ajouté Véronique Deneys, hématologue et directrice de la banque du sang des cliniques universitaires Saint-Luc, à Bruxelles, interrogée le 27 juillet 2022.

La Croix-Rouge belge a elle aussi confirmé à l'AFP n'avoir jamais entendu parler d'un changement de rhésus après une, deux ou trois doses de vaccin: "Il n'y a à ma connaissance aucun lien entre le vaccin et l’expression du rhésus à la surface des globules rouges. Dans notre pratique quotidienne au service du sang en Wallonie, on ne rencontre pas ce phénomène", a déclaré le 2 août 2022 Tome Najdovski, directeur de production au service du sang de la Croix-Rouge belge. Le vaccin "n'a aucune action sur l'expression sur le groupe sanguin ou sur le rhésus. Il provoque simplement une réaction immunitaire, donc interagit avec les anticorps", a-t-il précisé.

Sur Twitter, l'Etablissement français du sang (EFS) a également réagi à ces affirmations le 15 juillet.

"Le groupe sanguin, y compris le rhésus, est congénital et ne peut donc pas changer avec le vaccin", a encore indiqué à l'AFP Marie-Agnès Azerad, cheffe du service d’hématologie au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, le 1er août 2022.

Un constat partagé par Nicolas Gendron, hématologue à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, interrogé le 27 juillet 2022: "Le vaccin n'a aucun impact sur le sang à aucun niveau, ni au niveau des plaquettes, globules rouges et globules blancs, ni sur leur activation".

Dans le cas des vaccin à ARN messager, qui suscitent la méfiance de beaucoup d'internautes, le processus consiste à injecter une molécule qui va délivrer aux cellules des instructions génétiques leur permettant d'élaborer des antigènes spécifiques au virus, et d'entraîner le système immunitaire à produire des anticorps pour s'en défendre.

Infographie sur les principaux types de vaccins existants pour lutter contre un virus ( AFP / John SAEKI)

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) souligne qu'il "est important de préciser que l’ARN injecté via le vaccin contre la Covid n’a aucun risque de transformer notre génome ou d’être transmis à notre descendance, dans la mesure où il pénètre dans le cytoplasme des cellules, mais pas dans le noyau". Or, c'est dans ce noyau cellulaire que se situe le matériel génétique, dont dépend notamment notre groupe sanguin.

"Le vaccin à ARN messager va dans les cellules du muscle et code la protéine spike. Il ne se passe rien avec les globules rouges. L'ARN est un message et ne touche pas l'ADN des cellules", a ajouté Nicolas Gendron.

Seule une greffe de moelle osseuse peut modifier le rhésus d'une personne, selon les spécialistes interrogés par l'AFP

Tous les spécialistes interrogés par l'AFP ont expliqué que le groupe sanguin ne peut pas changer, à la seule exception d'une greffe de moelle osseuse, utilisée pour guérir des patients atteints de certaines formes de cancer ou de maladies du sang.

La moelle osseuse est à l'origine de la production de cellules souches, qui produisent elles-mêmes des globules rouges, des plaquettes et des globules blancs. Lorsqu'on la remplace, on remplace alors ces cellules souches par celles d'un donneur, dont le groupe sanguin n'est pas forcément le même que celui du receveur.

"Le principe d'une greffe de moelle osseuse, c'est de détruire toute la moelle du patient receveur - à l'origine du problème dont il souffre - et de la remplacer par la moelle du donneur. Par exemple, si on était rhésus positif et qu'on a reçu de la moelle de quelqu'un qui est rhésus négatif, on peut devenir rhésus négatif", a expliqué Véronique Deneys.

Le rhésus entre également en considération lors de certaines grossesses, si la femme enceinte est rhésus négatif et que le fœtus est rhésus positif - ce qui peut être le cas si le père est rhésus positif. Dans ce cas, l'incompatibilité des rhésus peut entraîner des complications: "La femme peut alors développer des anticorps contre le groupe rhésus positif, ce qui peut poser problème en cas d'une seconde grossesse, où ces anticorps peuvent attaquer les cellules sanguines de l'enfant", a développé Nicolas Gendron.

Mais il ne s'agit pas de changement de groupe sanguin: la femme développe alors seulement des anticorps anti-rhésus positif.

Ces anticorps, qui apparaissent également dans certains cas d'hépatites virales par exemple, peuvent perturber les tests sanguins et rendre plus difficile la détermination du groupe sanguin en laboratoire.

"Le patient va alors développer des anticorps, qui vont s'attaquer à ses globules rouges. Le groupe sanguin du patient ne va pas changer, en revanche des anticorps vont se coller sur les globules rouges et les détruire, ce qui peut rendre plus difficile la détermination du groupe sanguin du patient", a expliqué Marie-Agnès Azerad. Dans ce cas, les laboratoires mènent des tests complémentaires afin de déterminer le plus précisément possible le groupe sanguin du patient, sans que ce dernier ait été modifié.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles