Covid-19 : vaccins, une confiance difficile à regagner

·1 min de lecture

Esther ne se fera pas vacciner contre le Covid-19. Antivax? "Non, assure la jeune maman de 32 ans à côté de son fils de 3 mois endormi, La preuve, il est à jour et c'est important." Cette ingénieure se méfie pourtant des vaccins contre le Sars-Cov-2, développés en moins d'un an et particulièrement ceux à ARN messager, encore jamais éprouvés à grande échelle. "On te balance ça sans te dire comment il a été élaboré", poursuit la cannoise, sceptique.

"

Il ne s'agit pas d'un mouvement antivaccin et complotiste, une majorité craint avant tout les effets secondaires et le manque de recul

"

Comme Esther, près de 6 français sur 10 n'ont pas l'intention de se faire vacciner selon l'enquête réalisée par BVA dans 32 pays avec les instituts de sondage du réseau WIN. Et ces chiffres sont en augmentation, ils n'étaient que 4 sur 10 en septembre. Cette part de refus se situe loin devant nos voisins européens où une vague d'optimisme a été observée après les premières annonces des laboratoires pharmaceutiques. Au Royaume-Uni par exemple, plus de 81% des personnes assurent qu'elles se feront vacciner. "Il ne s'agit pas pour autant d'un mouvement antivaccin et complotiste, une majorité craint avant tout les effets secondaires et le manque de recul, analyse Antoine Bristielle, professeur de Sciences sociales et auteur de deux études sur la vaccination pour la fondation Jean Jaurès.

Lire aussi - Vaccins : quels effets secondaires ont déjà été rapportés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni?

L'une d'ent...


Lire la suite sur LeJDD