Vaccins, le choix passe par l’argent ou le temps

·1 min de lecture

Pour le think-tank libéral, l’Institut économique Molinari, et sa présidente Cécile Philippe, la France doit opter pour une stratégie zéro covid, faute d’avoir investi massivement dans la recherche pour avoir des vaccins.

Un des avantages des stratégies cohérentes de lutte contre l’épidémie de la Covid-19 est de se donner les moyens ou le temps de procéder à des campagnes de vaccination qui laissent un maximum de choix aux individus.Le pays qui est en mesure d’offrir le plus grand choix en termes de vaccins, ce sont les États-Unis. Dès le début de la pandémie, l’Amérique a investi massivement dans la recherche, pour s’offrir le maximum de chance d’avoir plusieurs vaccins efficaces. Cette stratégie a porté ses fruits puisque les entreprises américaines Moderna, Pfizer, Johnson & Johnson ont réussi en un temps record à trouver des solutions probantes. Les autorités de santé, comme les consommateurs, bénéficient d’un réel choix. Avec des sources d’approvisionnement significatives et diversifiées, les États-Unis peuvent accueillir plus sereinement les inévitables questionnements concernant les effets indésirables ou l’efficacité de certains vaccins.Tel n’est pas malheureusement la situation de la France qui ne dispose à ce jour d’aucun vaccin national. C’est à la fois la marque d’une incapacité à gérer la pandémie et d’un long déclassement structurel. La semaine dernière, le BCG a publié un classement des 50 entreprises les plus innovantes dans lequel l’Hexagone brille...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Coiffeur, vaccin, vacances : après les dîners, les autres passe-droits des privilégiés du Covid

Vaccination, protocole sanitaire : le risque d'une rentrée des classes mal préparée

Défiance envers le vaccin Moderna : la fausse bonne idée du Ministère de la Santé

Vaccin Johnson & Johnson et thromboses : "La pilule pourrait être un facteur de risque rare"

Covid : pourquoi le Danemark abandonne le vaccin AstraZeneca