Vaccins : BioNTech parti pour s’installer au Sénégal et au Rwanda

·1 min de lecture
Les futurs vaccins contre le paludisme et la tuberculose seraient basés sur la technologie dite de l'ARN messager.
Les futurs vaccins contre le paludisme et la tuberculose seraient basés sur la technologie dite de l'ARN messager.

Le laboratoire allemand BioNTech a annoncé vendredi qu?il visait l?installation « l?année prochaine » de sites de production de vaccins à ARN messager en Afrique, notamment au Sénégal et au Rwanda. La société « évalue » l?éventuelle installation dans ces deux pays d?usines pour « soutenir l?approvisionnement en vaccins des pays membres de l?Union africaine » (UA), selon un communiqué.

À LIRE AUSSIAfrique : pourquoi l?industrie pharmaceutique est à investir

L?ARN messager

La décision a été prise après une recommandation en ce sens du Centre de contrôle et de prévention des maladies du continent (Africa CDC), qui dépend de l?UA. Le directeur et cofondateur de BioNTech, Ugur Sahin, s?est dit « confiant », après une réunion à ce sujet à Berlin, que le début des installations puisse intervenir « à un moment l?année prochaine ».

« BioNTech réaffirme son engagement de produire sur le continent africain les vaccins à ARNm contre le paludisme et la tuberculose actuellement en développement », ajoute l?entreprise, qui s?est alliée à l?américain Pfizer pour produire son vaccin contre le Covid-19. Le laboratoire, basé à Mayence, dans l?ouest de l?Allemagne, avait annoncé fin juin qu?il comptait appliquer la technologie prometteuse de l?ARN messager au paludisme, avec des essais cliniques dès l?an prochain.

Causé par un parasite transmis par les moustiques, le paludisme reste une maladie infectieuse redoutable, particulièrement en Afrique et chez les jeunes enfants, provoqu [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles