Vaccins ARN : risque de myocardite et péricardite confirmé mais peu fréquent selon une étude

·1 min de lecture

Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 accroissent le risque de myocardite et péricardite mais celui-ci est peu fréquent et ne remet pas en cause le bénéfice de la vaccination, souligne lundi une vaste étude française.

Un risque accru dans les 7 jours suivant la vaccination...

Menée par la structure Epi-Phare, qui associe l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM), cette étude cas-témoins a porté sur les personnes âgées de 12 à 50 ans hospitalisées en France pour une myocardite ou une péricardite entre le 15 mai et le 31 août, soit 919 cas de myocardites et 917 cas de péricardites. La myocardite et la péricardites sont des inflammations du cœur. La première touche le myocarde, principal muscle cardiaque, et la seconde le péricarde, la membrane qui enveloppe le coeur.

Comme cela avait été montré par des rapports de pharmacovigilance, les résultats de l'étude française confirment que les vaccins Pfizer et surtout Moderna augmentent le risque de survenue de ces maladies dans les 7 jours suivant la vaccination. Chaque cas a été comparé à 10 "témoins", qui ont le même âge, sexe et département de résidence, mais n'ont pas été atteints de myocardite. Les risques de survenue d'une hospitalisation pour myocardite ou péricardite ont ainsi été comparés entre vaccinés et non vaccinés dans des situations par ailleurs semblables.

>> LIRE AUSSI - Covid : le régulateur européen approuve une troisième dose du vaccin Pfizer pour les adultes

... plus marqué chez les...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles