Vaccins anti-Covid : le président Ramaphosa fustige les pays riches

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Le président sud-africain, qui est aussi le chef de l'Union africaine, a appelé les grandes puissances « à mettre à disposition les doses excédentaires commandées et thésaurisées » de vaccins anti-Covid-19.
 
Le président sud-africain, qui est aussi le chef de l'Union africaine, a appelé les grandes puissances « à mettre à disposition les doses excédentaires commandées et thésaurisées » de vaccins anti-Covid-19.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le chacun pour soi est en train de s'imposer face à la pandémie. Alors que la barre des 100 millions de cas de Covid-19 dans le monde est en passe d'être franchie, et même si les discours officiels dans le cadre du rendez-vous annuel de l'élite politique et économique mondiale, le Forum de Davos, prônent la coopération, dans les faits, les pays les plus riches ont pris une longueur d'avance dans la course à la vaccination. « En raison de chaînes de production planétaires, la santé de nos citoyens et la reprise économique mondiale vont de pair. [...] Dans l'alliance Covax, l'UE, de concert avec 186 États, va sécuriser des millions de doses pour les pays à faibles revenus », a tenté de rassurer la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Des promesses qui ne suffisent pas jusqu'ici à rassurer les pays les moins avancés.

« Nationalisme vaccinal »

Invité à s'exprimer dans le cadre du Forum économique mondial, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a fustigé « les pays riches du monde qui accaparent ces vaccins. Nous les appelons à mettre à disposition les doses excédentaires commandées et thésaurisées », a-t-il déclaré via un message vidéo depuis Pretoria adressé au sommet de Davos, qui se déroule sous un format virtuel cette année. Les pays pauvres sont mis à l'écart par ceux qui ont les moyens d'acquérir « jusqu'à quatre fois ce dont leur population a besoin », a-t-il ajouté.

Cet appel fait écho [...] Lire la suite