Les vaccins anti-Covid sont mieux acceptés à travers le monde

Les vaccins anti-Covid sont de mieux en mieux acceptés par la population. À leur arrivée, ils se sont heurtés aux avis sceptiques de certains à cause de leur temps de développement éclair et de la technologie ARN messager qu'il contenait, nouvelle pour le grand public, mais en gestation depuis de nombreuses années dans les laboratoires. En 2022, 79,1 % des 23 000 répondants à une enquête menée par l'Institute of Global Heath à Barcelone se disaient prêts à se faire vacciner contre la Covid-19, c'est 5,2 % de plus qu'en 2021. Les résultats de cette enquête internationale, publiée dans Nature Medecine, indiquent aussi que les parents sont plus enclins à vacciner leurs enfants.

Malgré cette bonne dynamique, l'enquête révèle aussi que dans huit pays, l'hésitation vaccinale a augmenté entre 2021 et 2022. Environ un vacciné sur huit hésite à recevoir une dose de rappel malgré l'apparition fréquente de nouveaux variants. Cette tendance est très marquée chez les 18-29 ans. Selon les pays, les chercheurs ont pu associer l'hésitation vaccinale avec certains déterminants socio-économiques. Par exemple, en Russie et en Chine les femmes sont les plus hésitantes ; en France, ce sont ceux qui n'ont pas de diplôme universitaire, et en Allemagne, les personnes à faible revenu. « La pandémie n'est pas finie et les autorités doivent s'attaquer d'urgence à l'hésitation vaccinale dans leur stratégie de lutte contre la Covid-19 », conclut Jeffrey V. Lazarus, premier auteur de l'étude.

> Lire la suite sur Futura