Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux des effets secondaires

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Les vaccins anti-Covid ont été mis au point en un temps record, du jamais-vu dans l’histoire de la médecine. De quoi alimenter la méfiance des Français, d’autant plus que deux des vaccins sur le point d’être autorisés reposent sur une technologie encore jamais éprouvée (vaccins à ARN). La peur des effets secondaires apparaît comme la deuxième cause de crainte (32 %) derrière les essais cliniques précipités, selon un sondage Ipsos réalisé du 8 au 13 octobre. Si les effets secondaires à la vaccination sont relativement fréquents, ils sont plutôt bon signe car c’est la preuve qu’ils induisent une réponse immunitaire. Certaines assertions relèvent toutefois du fantasme.

Les vaccins à ARN induisent une modification du génome

Faux. De nombreux internautes sur les réseaux sociaux s’interrogent sur le fonctionnement des vaccins à ARN, se demandant si la séquence d’ARN ne peut pas s’introduire dans la cellule et entraîner une modification génétique. Ce phénomène est pourtant rigoureusement impossible. « On n’est pas dans la thérapie génique. L’ARN messager ne rentre pas dans l’ADN humain », insiste le Ministre de la santé Olivier Véran.

« La technologie ARN messager ne permet pas la transcription d'un message génétique, confirme dans La Montagne l'immunologiste Cecil Czerkinsky. Il ne peut donc pas s'intégrer au génome de l'hôte. C'est un des avantages de cette technologie par rapport aux vaccins ADN [développés par ailleurs par l’Institut Pasteur] qui, bien que beaucoup plus stables et ne nécessitant pas d'être conservés à basse voire très basse température, sont moins efficacement traduits en ARN puis en protéines et présentent le risque potentiel théorique d'intégration dans l'ADN de l'hôte. »

Les adjuvants sont nécessaires pour améliorer la réponse immunitaire et réduire la dose d’antigènes nécessaires. © NetPix, Adobe Stock
Les adjuvants sont nécessaires pour améliorer la réponse immunitaire et réduire la dose d’antigènes nécessaires. © NetPix, Adobe Stock

Les vaccins contiennent des adjuvants dangereux

Vrai et faux. Les vaccins à ARN (Pfizer, Moderna) ou adénovirus (AstraZeneca et Johnson & Johnson),...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura