Des vaccins anti-Covid 19 vont être fabriqués en France

·1 min de lecture

Dès mercredi 7 avril, la production en France de Pfizer-BioNTech va démarrer chez le laboratoire Delpharm, dans son usine en Eure-et-Loir. Suivront ensuite Recipharm pour le Moderna en Indre-et-Loire. Et Fareva, pour le vaccin CureVac, dans la région du Sud-Ouest. C'est ce qu'a annoncé ce mardi 6 avril, la ministre délégué à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher dans une conférence de presse. L’objectif du gouvernement à terme est de produire vite plus de doses.

Deux cents cinquante millions de doses de vaccins seront produites, d’ici la fin de l’année sur le territoire français pour le marché européen. Sur ces 250 millions, 15 % seront réservés à la France. Ces vaccins seront adaptés aux variants, mais permettront, aussi, de faire des rappels en cas de résurgence de l’épidémie. Ils seront, ensuite, adaptés, aux jeunes de 11 à 17 ans. À plus long terme, ces sites de production sont appelés à continuer de fonctionner.

L’ARN messager, utilisé pour les vaccins contre le Covid-19, est, en effet, une technologie prometteuse en médecine. Le virus de la grippe est une piste à l’étude chez Pfizer, qui travaille également sur des traitements contre le cancer et les maladies auto-immunes.

L’objectif pour la France, est de disposer de sites industriels, prêts à produire de l’ARN messager, pour ne pas être dépendant. Parallèlement, la ministre de l’Industrie a annoncé des relocalisations pour certains médicaments.

Le premier est le paracétamol. Il pourrait coûter jusqu’à 20% plus cher à produire en France, qu’en Inde. Mais, c’est le prix à payer pour ne pas être en rupture d’approvisionnement.

À écouter et à lire : Le vaccinodrome au Stade de France