Vaccins anti-Covid-19 : une seule dose pourrait-elle suffire ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Le 8 décembre, le Royaume-Uni a lancé avant tout le monde sa campagne de vaccination, menée à un train d’enfer. Plus de 1,3 million de personnes ont déjà reçu la première dose requise et le gouvernement prévoit 13 millions de personnes couvertes d’ici mi-février. Seulement voilà : le temps presse. Mercredi, 62.322 nouveaux cas ont été enregistrés et le bilan quotidien a dépassé le millier de décès pour la première fois depuis avril. Alors pour accélérer la cadence et immuniser un maximum de personnes le plus rapidement possible, l’agence de régulation sanitaire britannique (MHRA) a décidé que l’administration de la deuxième dose allait être reportée à 12 semaines après la première injection. Un protocole en contradiction avec les recommandations des fabricants, qui précisent que les deux doses doivent être injectées à 21 jours d’intervalle pour Pfizer et 28 jours d’intervalle pour Moderna.

Vaccin anti Covid-19 : quels sont les pays qui accélèrent... et ceux qui sont à la traîne ?

Une efficacité similaire avec une ou deux doses

La décision du Royaume-Uni a relancé le débat dans la communauté scientifique : pourquoi ne pas se contenter d’une seule dose et vacciner ainsi deux fois plus de monde ? D’après les données fournies par les fabricants eux-mêmes, la protection enregistrée entre le 14e et le 28e jour (c’est-à-dire l’immunité après la première injection et avant la seconde) serait de 92 % pour Moderna, soit presque autant que les 94 % constatés avec deux doses. Son concurrent Pfizer affiche, de son côté, une efficacité de 80 % après une seule injection (contre 94 % avec deux doses). Pour AstraZeneca, c’est encore mieux : d’après le laboratoire, interrogé par CNBC, le taux d’efficacité après une seule dose serait de 73 %… comparé à 62,1 % avec les deux doses !

Le Royaume-Uni a décidé d’allonger à trois mois l’intervalle entre les deux doses de vaccin. © peterschreiber.media, Adobe Stock
Le Royaume-Uni a décidé d’allonger à trois mois l’intervalle entre les deux doses de vaccin. © peterschreiber.media, Adobe Stock

En vaccinant deux fois plus de personnes, on pourrait atténuer considérablement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura