Le vaccinodrome du Stade de France impacterait l’approvisionnement des villes voisines

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le mythique stade de Saint-Denis va capter un grand nombre de doses de Pfizer, d'AstraZeneca et de Moderna.
Le mythique stade de Saint-Denis va capter un grand nombre de doses de Pfizer, d'AstraZeneca et de Moderna.

La campagne de vaccination à grande échelle, symbolisée par l'ouverture du vaccinodrome au Stade de France, a été lancée mardi 6 avril 2021. Le mythique stade de Saint-Denis va capter un grand nombre de doses de Pfizer, d'AstraZeneca et de Moderna. Une manière de déshabiller Paul pour habiller Jacques ? C'est en tout cas ce que semblent estimer plusieurs élus sondés par BFMTV. Dans un article paru mercredi 7 avril, on découvre l'agacement d'élus face aux baisses de livraisons dans leurs communes voisines du Stade de France. Alors que 10 000 injections doivent être réalisées dans le super-centre de vaccination, ceux-ci s'inquiètent de voir leurs propres frigos se vider à vue d'?il. Conséquences : une capacité de vaccination moindre à l'échelle locale.

Ludovic Toro, maire de Coubron (Seine-Saint-Denis), partage cette constatation. « Chaque semaine, je fais une photo du frigo. La première semaine, j'en ai eu un [flacon, NDLR], la deuxième, deux, la troisième, un? », puis « zéro, zéro et zéro », explique-t-il au micro de BFMTV. Pour l'édile, également médecin généraliste, il est nécessaire de privilégier le local et la relation entre un patient et son médecin. « Les gens connaissent bien leur médecin généraliste. Donnez-nous les moyens », appelle-t-il auprès de la chaîne d'information en continu.

À LIRE AUSSICovid-19 : pourquoi la vaccination patine encore le week-end

L'accélération de la vaccination se heurte au manque de doses

Cette commune, située à 24 kilomètr [...] Lire la suite