Vaccination obligatoire des soignants : le point de vue d'un professeur d'éthique médicale

·1 min de lecture

Dans un précédent article paru en février 2020, je rappelais l'avertissement de la commission d'enquête destinée à évaluer la manière dont avait été programmée, expliquée et gérée la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) en 2009 : "La défiance à l'égard de la vaccination constitue un défi pour l'avenir. Demain, il nous faudra peut-être faire face à une nouvelle pandémie à la gravité plus sévère. La mobilisation du corps social sera alors indispensable. Comment ferons-nous si l'on ne croit plus aux mesures de santé publique?"

Cette interrogation me paraît aujourd'hui encore déterminante, alors que l'exécutif évoque la perspective de contraindre des professionnels de santé et du médicosocial à la vaccination, faute d'avoir su donner à comprendre la signification démocratique de cet engagement et de cette responsabilité.

Lire aussi - Covid-19 : ce que l'on sait du projet de loi que prépare l'exécutif envisageant la vaccination des soignants

Le contexte épidémique inquiétant, marqué par la montée de variants plus transmissibles, ainsi que les données, probantes, relatives à l'efficacité du vaccin pour limiter la transmission virale, plaident pour l'accentuation de la mise en avant de l'urgence vaccinale ainsi que de sa pertinence scientifique. Les avantages préventifs individuels et collectifs d'un vaccin auquel nous avons le privilège de pouvoir accéder sans restriction en France s'opposent en effet aux convictions, aux représentations, aux défiances et aux peurs des...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles