Pas de vaccination obligatoire en Allemagne, pour le moment

·2 min de lecture

Bien que près de la moitié de la population allemande soit entièrement vaccinée contre le coronavirus Sars-CoV-2, l'inquiétude prévaut. Car le rythme faiblit, faute de volontaires. Comment convaincre les indécis et ceux qui sont trop éloignés de l'offre médicale ? Le gouvernement fédéral se met en campagne pour éviter une nouvelle vague à l'automne.

Selon les données de l'Institut Robert Koch (RKI), en date du 18 juillet 2021, près de 39 millions d'Allemands (ce qui représente 46 % de la population totale) étaient entièrement vaccinés contre le Sars-CoV-2, tandis que presque 50 millions (soit 60 %) ont reçu une première dose de vaccin. Mais, après une campagne de vaccination qualifiée de "très dynamique" par le gouvernement fédéral, le rythme a fortement ralenti depuis plus d'un mois : le nombre moyen de doses administrées est ainsi passé de 700.000 par jour à moins de 450.000 la semaine du 12 juillet.

Un taux de vaccination encore insuffisant en Allemagne

Les experts du RKI attendent des taux bien supérieurs : 85 % pour les 12-59 ans et 90 % pour les plus de 60 ans. Des espérances que le président de l'Association nationale des médecins de l'assurance maladie, Andreas Gassen, considère cependant comme relevant de la "science-fiction". Dans un récent rapport, le RKI a donc abaissé ses exigences, visant l'objectif de 75 % de vaccinations avant l'automne afin d'éviter de surcharger le système de santé, les lits de soins intensifs en particulier.

Pour relancer la campagne de vaccination, le gouvernement mise sur la communication. Le ministre de la Santé, Jens Spahn (CDU), a donné l'exemple en s'adressant à ses concitoyens sur Twitter le 12 juillet. Constatant que le nombre de personnes vaccinées la veille est aussi faible qu'en février dernier, alors que les vaccins sont à présent largement disponibles, il rappelle : "la pandémie est toujours là, alors faites-vous vacciner s'il vous plaît !"

Pas de vaccination obligatoire

Le nombre de rendez-vous annulés est particulièrement préoccupant, car il bloque les médecins et les centres et gâche des doses de vaccin qui vont bientôt arriver à expiration. Pour autant, l'Allemagne souhaite continuer de proposer une offre de vaccination sans contraindre les citoyens. Le 13 juillet, suite à un entretien avec Jens Spahn et le président du RKI, Lothar Wieler, la chancelière Ange[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles