Vaccination, maltraitance animale et Bitcoin : l'actu des sciences en ultrabrèves

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans cette sélection du 18 novembre 2021 : la vaccination anticovid fait preuve d'efficacité en France, une loi sur la maltraitance animale est enfin votée et l'inventeur du bitcoin reste un mystère.

L'actualité scientifique du 18 novembre 2021, c'est :

Santé :

  • Selon Santé Publique France, les taux d’incidence sont de plus en plus bas au fur et à mesure que la vaccination progresse en France.

  • En fonction de la couverture vaccinale, peu importe l’âge, le nombre de cas baisse ainsi que celui des hospitalisations.

  • Ces résultats confirment l’effet protecteur des vaccins contre le Covid-19.

Animaux :

  • Le Parlement a adopté définitivement, via un ultime vote du Sénat, une proposition de loi contre la maltraitance animale.

  • Ce dernier vote, qui a été acquis par 332 voix pour une contre et dix abstentions, est une "étape historique du combat pour la cause animale", même si des sujets délicats n’ont pas été débattus.

  • Il s’agit avant tout des animaux de compagnie qui bénéficieront de protections supplémentaires.

Découvrir :

  • En 2008, un énigmatique développeur, Satoshi Nakamoto, poste en ligne un texte technique décrivant le bitcoin, et un an plus tard, le code du logiciel qui lance cette monnaie numérique automatique est publié.

  • En 2010, la création de Nakamoto devient "la monnaie de ceux qui ont le plus besoin de rester dans l’ombre" avec notamment le site marchand Silk Road qui utilise les bitcoins pour des produits illégaux.

  • Satoshi Nakamoto disparait alors du réseau, certainement déçu par la tournure des choses, et annonce vouloir passer à autre chose.

Cerveau et psy :

  • Des scientifiques disent avoir prouvé que les grand-mères ont un fort instinct de protection envers leurs petits-enfants, et sont biologiquement bien équipées pour s'attacher à eux.

  • "Face aux images de leur petit-enfant, elles ressentaient vraiment ce qu'il ressentait. Lorsqu'il exprime de la joie, elles ressentent de la joie. Quand il exprime de la détresse, elles ressentent de la détresse", a expliqué à l'AFP l'anthropologue et neuroscientifique James Rilling.

  • Beaucoup des grand-mères interrogées disaient avoir le sentiment de pouvoir être davantage présentes pour leurs petits-enfants[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles