Vaccination : une infirmière soupçonnée de trafic de QR codes

·1 min de lecture

Une infirmière en vacation à l'hôpital Sainte-Anne à Paris aurait fourni de faux certificats de vaccination à plusieurs personnes, révèle France Inter.

Un trafic qui pourrait avoir de lourdes conséquences, surtout sur le plan sanitaire. Une infirmière vacataire, appelée en renfort pour vacciner à l'hôpital de Sainte-Anne à Paris à partir de janvier, a été suspendue suite à des soupçons de trafic de QR codes. Selon France Inter, qui révèle l'information, elle aurait été prise en flagrant délit par un médecin après que des collègues eurent remarqué un comportement bizarre de sa part.

En mai, cette infirmière a beaucoup insisté pour recevoir elle-même certains patients - qu'elle inscrivait sur la liste des rendez-vous - et s'en occuper toute seule, sans autre témoin dans son box de vaccination. « Normalement, il y a deux infirmières par box avec un paravent de séparation pour l'intimité des personnes. Mais là, elle demandait à sa collègue de sortir », assure un témoin anonyme auprès de France Inter. « En fait, elle ne vaccinait pas les gens, mais elle se faisait payer pour qu'ils repartent avec un QR code frauduleux, a priori pour pouvoir partir à l'étranger. »

À LIRE AUSSICovid : un certificat pour voyager dans l'UE dès le 1er juillet !

Le GHU indique qu'il s'agit d'un cas isolé

Le manège de cette infirmière a tenu quelques semaines, jusqu'au jour où un médecin a voulu en avoir le coeur net et l'a espionnée.

Avant chaque injection, l'infirmière ou le médecin qui vaccine doit désinfecter la peau avec un produit coloré puis mettre un pansement ensuite. « Le médecin a voulu vérifier si les personnes avaient bien été [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :