Vaccination : des incertitudes sur le protocole dans les Ehpad

Dans un Ehpad de la Meuse, mercredi 16 décembre, un panneau d’information sur la vaccination est apparu parmi les décorations de Noël. Les résidents attendent le vaccin avec impatience "J’ai n’ai pas peur, j’en ai vu d’autres", raconte une résidente. Dans un autre établissement de Gironde, les avis sont plus partagés. "Si c’est obligatoire je le ferai. Sinon, je ne le ferai pas", assure un homme. "Dans 70 à 75% des cas, il n’est pas possible de recueillir un consentement éclairé", explique Aurélie Peignant, psychologue dans l’Ehpad. 15 jours minimum entre le top départ et la livraison Le consentement reste la première étape de la campagne de vaccination qui pourrait débuter plus tôt que prévu, fin décembre. Mais de nombreuses zones d’ombre subsistent. Les directeurs d’Ehpad attendent vendredi 18 décembre le protocole qui détaillera l’organisation à mettre en place. "On ne sait pas quel établissement va le recevoir à quel moment. L’Etat nous laisse 15 jours minimum entre le feu vert qui va être donné et le moment où les premières livraisons vont avoir lieu", explique Annabelle Vêques, directrice de la fédération nationale des associations de directeurs d'établissements et services pour personnes âgées (FNADEPA). Un immense défi logistique attend la France pour distribuer les premiers vaccins issus de l’usine Pfizer en Belgique.