Vaccination des enfants: Comment les préparer à recevoir une injection

·5 min de lecture
La vaccination des plus jeunes n’est pas exactement la même que pour les personnes de plus de 12 ans.  (Photo: Rumi Fujishima via Getty Images)
La vaccination des plus jeunes n’est pas exactement la même que pour les personnes de plus de 12 ans. (Photo: Rumi Fujishima via Getty Images)

VACCINATION - “Si tout va bien”, la campagne commencera mercredi 22 décembre. Olivier Véran, le ministre de la Santé a confirmé sur France Inter ce samedi que la vaccination de tous les enfants devrait bien commencer avant Noël. Après un avis positif rendu vendredi 17 par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), il reste deux formalités à remplir: un avis de la Haute autorité de santé (HAS) attendu lundi et celui du Comité d’orientation pour la stratégie vaccinale présidé par le professeur Fischer.

Mais dans l’esprit du gouvernement, cela ne fait donc plus de doute. 6 millions d’enfants sont invités “sur la base du volontariat” (l’idée de leur ouvrir le pass sanitaire est écartée à ce stade) à se faire vacciner pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Il va falloir leur expliquer les enjeux de la vaccination (qui a commencé il y a quelques jours pour les enfants considérés à risque), ce qu’elle représente pour eux et leur entourage. Alors, comment faire?

Si l’enfant est inquiet?

Depuis deux ans, les enfants entendent les adultes parler de virus et de vaccination. À 5 ans, ils sont déjà assez grands pour comprendre ce que veut dire la vaccination. Pourtant, les adultes peuvent en faire un sujet de conversation anxiogène et parfois projeter leur propre peur, ce que va sentir l’enfant.

Pour Christine Barois, pédopsychiatre contactée par Le HuffPost, il est très important de parler du vaccin de manière positive à l’enfant. “Il faut expliquer que c’est bon pour eux et pour les autres et que le vaccin protège des virus. Il faut éviter de projeter ses propres peurs sur l’enfant. On peut prendre l’exemple de la poliomyélite et dire que le vaccin contre ce virus a permis de protéger beaucoup d’enfants. En somme, grâce aux vaccins, ils sont protégés”.

Pendant l’injection, des peurs peuvent également survenir face à la douleur potentielle de la piqûre. La pédopsychiatre souligne qu’il faut prévenir l’enfant que tout va bien se passer. “Les médecins expliquent déjà cela mais il ne faut pas hésiter à rassurer et se mettre dans une posture où l’on accompagne l’enfant pour faire quelque chose de bien”, déclare-t-elle.

Le site de Sparadrap, une association destinée à aider les enfants malades ou hospitalisés, explique tout ce qu’un enfant pourrait avoir envie de savoir sur la vaccination, comme les endroits où l’on peut être piqué, les méthodes d’anesthésie de la peau. Il faut préciser à l’enfant que le vaccin lui permettra de rester en bonne santé et de ne pas attraper de virus.

Que faire avant, pendant et après l’injection?

Avant l’injection, il est important de rappeler à son enfant, si vous pensez que c’est nécessaire, pourquoi il se fait vacciner. Le vaccin peut lui permettre de rester en bonne santé et de ne pas attraper de virus. Lui décrire le déroulement de la vaccination peut être un bon moyen de rassurer l’enfant comme le conseille mpdia.fr, un site qui rassemble des conseils pour informer les parents.

Pour Andreas Werner, pédiatre et membre de l’AFPA (Association Française de Pédiatrie Ambulatoire), la vaccination avec la dose pédiatrique de Pfizer a très peu de risques de faire souffrir l’enfant. “L’aiguille pour ce vaccin est très fine, il ne sentira pas grand-chose”, déclare-t-il, contacté par Le HuffPost. Il recommande également aux parents d’emmener leur enfant chez un médecin qu’il connaît déjà, qui le suit. Dans un environnement familier, l’enfant sera toujours plus en confiance que dans un vaccinodrome.

Pendant l’injection, vous devez rester calme et parler d’une voix normale. Pour le docteur, le moyen le plus efficace pour arriver à vacciner un enfant reste toutefois la distraction. “Pendant que je m’apprête à faire la piqûre, je lui dis que j’ai des tatouages qu’on pourra mettre par-dessus et je lui demande lequel il veut”, explique-t-il. Avec cette technique, même les plus anxieux restent calmes. Le pédiatre conseille aussi de vacciner en position assise plutôt qu’allongé et d’essayer de faire la piqûre le plus vite possible.

Après la vaccination, il faut penser à réconforter l’enfant, le récompenser et le féliciter d’avoir réussi à se faire vacciner et possiblement, lui expliquer en quoi l’action de se faire vacciner est importante pour lui et pour les autres. Comme le conseille toujours le site mpdia.fr, il est préférable de parler du vaccin sans utiliser des “mots qui font référence à la douleur”. D’autant plus que la vaccination des enfants diffère de celles des adultes.

Un vaccin trois fois moins dosé

La vaccination des plus jeunes n’est pas exactement la même que pour les personnes de plus de 12 ans. En effet, le vaccin administré aux enfants de 5 à 11 ans est, selon le site du ministère des Solidarités et de la Santé, la forme pédiatrique du vaccin Pfizer/BioNTech qui est trois fois moins dosé.

Les flacons sont aussi différenciés. Le bouchon orange contient une dose pédiatrique tandis que le bouchon violet contient la dose adulte. Quant au schéma vaccinal, il reste le même que pour les adultes. Si l’enfant n’a pas contracté le Covid-19, 2 doses doivent lui être administrées, la deuxième injection 3 semaines après la première.

Si l’enfant a contracté le virus plus de 15 jours avant la première dose, il ne doit recevoir qu’une seule dose. Et si l’enfant a contracté le virus moins de 15 jours avant l’injection, il doit recevoir deux doses, la deuxième devant se faire 2 mois après l’infection au Covid-19.

À voir également sur Le HuffPost: Pass sanitaire, vaccin, Nouvel An... toutes les annonces de Jean Castex

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles