La vaccination divise par deux le risque de Covid long

·2 min de lecture

En plus de protéger contre les formes graves, la vaccination diminue aussi considérablement la probabilité de développer des Covid long, selon une étude anglaise.

C’est la donnée qui manquait ! La vaccination avait déjà prouvé son efficacité et les décès par Covid-19, mais pour le moment on ne savait pas encore si le vaccin protégeait aussi contre l’autre conséquence potentiellement grave de l’infection, le Covid long. L’impact de cette forme longue de la maladie pourrait être désastreux à cause des handicaps à long terme qu’elle entraîne et de sa fréquence relativement élevée. Car, même si l’on connaît encore mal cette maladie et le nombre de personnes concernées, il est estimé qu’environ aura encore des symptômes six semaines après l’infection par le coronavirus. Mais une étude anglaise, publiée le 1er septembre 2021 dans , vient enfin pallier ce manque, en nous apprenant que la vaccination protège aussi contre le Covid long.

Une hospitalisation trois fois moins courante chez les vaccinés

Les chercheurs du King’s College de Londres ont suivi plus de deux millions de personnes vaccinées au Royaume-Uni grâce à une application qui permettait aux participants de rapporter leurs symptômes et leur durée. Près de la moitié d’entre eux avaient reçu les deux doses du vaccin (971.504), dont uniquement 2.370 (0,2%) ont été infectés après la vaccination.

En comparant ces personnes infectées malgré la vaccination avec des personnes infectées, mais non vaccinées du même âge et avec les mêmes comorbidités, les auteurs ont mis en évidence que dans l’éventualité d’être contaminée, une personne vaccinée a près de deux fois plus de probabilité de ne présenter aucun symptôme que si elle n’est pas vaccinée. Et quand elle présente des symptômes, ceux-ci sont beaucoup plus faibles et plus rares, nécessitant une hospitalisation trois fois moins fréquemment que chez les non-vaccinés.

Des données qui confirment celles observées en Angleterre et en Israël

Des données qui viennent confirmer celles recueillies sur le terrain en et en . Et surtout, élément que l’on ne savait pas encore (même si les experts s’y attendaient) : les personnes infectées [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles