Vaccination : d’un département à l’autre, la grande inégalité

Par Isabelle Missiaen
·1 min de lecture
La France essaie de rattraper son retard dans la vaccination.
La France essaie de rattraper son retard dans la vaccination.

À l'heure actuelle, 18,7 % de la population française a reçu au moins une première injection de vaccin contre le Covid-19. Mais, sur le territoire métropolitain, la couverture vaccinale est loin d'être homogène. D'un département à l'autre, la part de la population vaccinée varie du simple au double. Il y a, certes, une explication démographique, mais les inégalités vont plus loin.

Les doses de vaccin sont attribuées par département. Selon Santé publique France, une part des doses est livrée aux médecins de ville et aux pharmaciens, en fonction de leurs demandes spécifiques. Pour les centres de vaccination, en revanche, la distribution se fait en fonction de la population éligible au vaccin au sein de chaque département : depuis le 12 avril, la population de plus de 55 ans, ainsi que le personnel médical et les personnes souffrant de certaines pathologies.

Mais, même selon ce critère, la répartition des doses reste inégale. Sur la semaine du 5 au 11 avril, les Hauts-de-Seine n'ont reçu que 8 doses pour 100 personnes éligibles au vaccin, alors que Paris en recevait 26. La couverture vaccinale des Hauts-de-Seine est pourtant de 11,7 %, alors qu'elle est déjà de 16,7 % chez son voisin. Plusieurs départements très ruraux, comme la Nièvre et le Cantal, se sont aussi vu attribuer peu de doses de vaccin dans les dernières semaines. Mais ceux-ci bénéficient en fait déjà d'une bonne couverture vaccinale : leur faible démographie et leur moyenne d'âge élevée leur [...] Lire la suite