Vaccination-Covid-19: la Lettonie veut rattraper son retard

·2 min de lecture

Ce week-end, dix centres de vaccination de masse ont ouvert dans sept grandes villes de Lettonie. Le pays balte veut combler son retard.

Seul 7% de la population lettone a reçu, au moins, une injection : c'est le deuxième taux le plus bas de l'Union européenne (UE) après la Bulgarie. Alors quand le gouvernement letton a reçu 10 000 doses de vaccins AstraZeneca au terme d'un accord européen compliqué, il a fait les choses en grand. Pourtant ce week-end, il n'y avait pas foule dans les centres de vaccination selon la journaliste Zane Enina : « On n’a pas eu de queues ou de files d’attente, parce que ce sont les vacances de Pâques. »

« Ca ne marche pas très bien »

« Les gens sont partis à la campagne, continue la journaliste. Ca ne marche pas très bien. J’ai vu qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes intéressées. D’après les chiffres officiels, on a vacciné 2 800 personnes. Il y a une partie des gens qui ont peur d’être vaccinés en raison de problèmes avec le vaccin AstraZeneca, que la vaccination a été suspendue à plusieurs reprises. Puis une autre raison, c’est tout simplement qu’il y a une campagne anti vaccination basée sur les théories du complot ».

Faire face aux réticences

Pour faire face aux réticences de la population lettonne, le gouvernement a choisi d'étendre les catégories de personnes pouvant être vaccinées. Après les parents et les soignants d'enfants malades, le ministre de la Santé Daniels Pavluts a annoncé que toutes les personnes de plus de 60 ans devenaient prioritaires à la vaccination. Samedi encore, seuls les plus de 65 ans l'étaient.

À lire aussi : Le partage de 10 millions de doses de Pfizer/BioNTech met la solidarité européenne à rude épreuve