Vaccination contre le Covid-19 : quatre questions sur le choix du Royaume-Uni d'allonger le délai entre les deux injections

franceinfo
·1 min de lecture

La décision britannique a de quoi surprendre. Alors que la campagne de vaccination bat son plein outre-Manche, le régulateur britannique a donné son feu vert, mercredi 30 décembre, au vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford, en offrant même la possibilité d'administrer la seconde dose jusqu'à 12 semaines après la première. Ce délai revu à la hausse a reçu un avis favorable d'un comité consultatif d'experts indépendants, alors que le fabricant britannique prévoit un intervalle de quatre semaines dans son protocole.

Le vaccin de Pfizer et BioNTech, déjà commercialisé depuis décembre, est également concerné par ces délais allongés : jusqu'à trois mois entre la première et la deuxième injection, selon ce que prévoit le protocole national révisé. Initialement, cette durée était de 21 jours, avec une simple tolérance à 28 jours "pour des raisons opérationnelles", expliquait l'agence publique de santé (document en anglais). Franceinfo vous explique ce changement de cap en répondant à quatre questions.

1Pourquoi le Royaume-Uni a-t-il décidé d'allonger le délai entre les deux injections ?

"Cela nous permettra de vacciner plus de gens [avec une première dose], et aussi de les vacciner plus vite", a justifié le Premier ministre, Boris Johnson, dont le pays est aujourd'hui livré (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi