Vaccination contre le Covid-19 : dans les coulisses de l'hôpital Bégin

·1 min de lecture

Lundi 19 avril, 7h30. Retranchées dans la pharmacie de l’hôpital militaire Bégin, l’adjudant Sara et la sergent-chef Lauriane fourbissent leurs armes. Le combat qu’elles s’apprêtent à livrer ne fera couler que quelques microgouttes de sang, mais il est vital : les deux infirmières vont passer douze heures à vacciner contre le Covid. Depuis une vingtaine de minutes, elles préparent leurs seringues en mélangeant minutieusement 0,3 millilitres de vaccin Pfizer à du sérum physiologique. Elles ne sont pas seules sur ce front médical. Rapidement, une dizaine de collègues arrivent en renfort. A 8h30, six bureaux seront ouverts à l’étage du bâtiment, pour accueillir des cohortes de patients pressés de se mettre enfin à l’abri de la pandémie.

Comme six autres hôpitaux militaires de métropole, l’hôpital de Bégin de Saint-Mandé, aux portes de Paris, participe, sur ordre du gouvernement, à la campagne de vaccination contre le Covid. L’opération a débuté au début du mois d’avril, lors du week-end de Pâques. «Actuellement (mi-avril), nous vaccinons entre 400 et 500 personnes par jour, détaille le médecin général inspecteur Vincent Duverger, directeur de l’établissement, et nous pouvons monter à 700 personnes sans difficulté. L’objectif est d’arriver à 1.000 par jour d’ici à la fin du mois de mai, en fonction de l’arrivée des doses», poursuit-il avec cette voix posée de ceux pour qui réaliser l’impossible ne demande qu’un petit délai supplémentaire.

Il est vrai que son établissement, l’hôpital (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ecriture inclusive : et pour les hommes-grenouilles, on fait comment ?
Covid-19 : les étrangers totalement vaccinés pourraient bientôt venir au Royaume-Uni sans quarantaine
JO 2024 de Paris : pourquoi la facture pourrait être plus salée que prévu
Covid-19 : Olivier Véran annonce que le variant Delta sera majoritaire "probablement ce week-end"
Enquête pour homicide involontaire sur le décès d'une femme vaccinée à l'AstraZeneca

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles