Vaccination contre le coronavirus : un "problème d'organisation" en France ?

Mardi 29 décembre au soir, 41 962 personnes en Allemagne avaient reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech, contre... 119 en France. "Il y a des choix qui ont été différents, des choix logistiques notamment : l'entreprise BioNTech, en Allemagne, délivre elle-même l'acheminement des vaccins dans les 25 centres nationaux", indique le médecin et journaliste Damien Mascret, en direct du plateau du 13 Heures, mercredi 30 décembre. "Le démarrage est poussif" Pour le professionnel de santé, cette différence de stratégie n'explique pas l'écart du nombre de vaccinations. "Même si en France, l'État doit se charger de tout, on voit bien que le démarrage est poussif, il y a réellement un problème d'organisation", reprend Damien Mascret. Par ailleurs, le Royaume-Uni a donné son feu vert au vaccin britannique AstraZeneca, moins cher, et plus facile à conserver. "On a des doutes sur son efficacité chez les personnes âgées, on sera content d'avoir toutes ces réponses, avant de commencer en France", commente le médecin.