Vaccination: Castex juge "prématuré" le débat sur l'élargissement, malgré les créneaux libres

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Le Premier ministre, Jean Castex (ici le 28 avril), juge "prématuré" le débat sur l'élargissement de la vaccination, malgré les créneaux libres (Photo: Jean Castex vaccination)
Le Premier ministre, Jean Castex (ici le 28 avril), juge "prématuré" le débat sur l'élargissement de la vaccination, malgré les créneaux libres (Photo: Jean Castex vaccination)

POLITIQUE - La question va se poser, mais pas toute de suite. Jean Castex a jugé ce mercredi 28 avril “prématuré” le débat autour de l’élargissement du public éligible à la vaccination, et ce malgré le nombre croissant de créneaux disponibles répertoriés par l’application “Vite ma dose” (270.000 sur les 50 prochains jours).

“Il est exact que nous avons un certain nombre de rendez-vous qui ne sont pas honorés, on est en train de faire un point précis”, a d’emblée reconnu le chef du gouvernement à l’issue du traditionnel Conseil des ministres, appelant toutefois à ne pas “exagérer leur nombre.”

“Si effectivement, ces phénomènes se confirment, évidemment nous allons réfléchir à un élargissement des publics. Mais ceci est prématuré”, a-t-il ainsi estimé, comme vous pouvez le voir ci-dessous (à partir de 36′), avant de louer la stratégie mise en place jusqu’à présent: “globalement, elle marche, elle est tournée vers les publics les plus vulnérables et nous progressons conformément à nos objectifs.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pression grandissante pour un élargissement

Pas d’accélération pour le moment donc, comme l’expliquait quelques instants auparavant le ministère de la Santé à l’AFP, sauf “si on constate qu’il y a un risque de perte de dose.”

Mais le gouvernement pourra-t-il tenir cette ligne encore longtemps? Le fait est que les demandes d’anticiper l’ouverture, fixée pour l’instant au 15 mai, des injections aux 50-55 ans sans condition de comorbidité, se font de plus en plus insistantes. Une pression relancée, notamment ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.