Macron veut accélérer encore la vaccination

·2 min de lecture

Plus que jamais, Emmanuel Macron compte sur une arrivée massive de vaccins en avril pour surmonter la crise, en suivant l'exemple du Royaume-Uni qui commence à retrouver une vie normale. L'objectif d'avoir vacciné tous les adultes d'ici à la fin de l'été est confirmé.

La vaccination contre le Covid-19 sera élargie à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans le 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai, a annoncé Emmanuel Macron mercredi. "A partir du 16 avril, les premiers rendez-vous seront ouverts pour les personnes qui ont entre 60 et 70 ans", puis "à partir du 15 mai (...) pour nos concitoyens qui ont entre 50 et 60 ans", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée.

Suivra "à partir de la mi-juin (...) l'ensemble des Français de moins de 50 ans", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'une "stratégie spécifique sera par ailleurs prévue pour toutes les professions les plus exposées, en particulier nos enseignants, mais aussi nos forces de l'ordre et plusieurs autres". "Nous tiendrons l'objectif que je nous ai fixé", a-t-il insisté, "à savoir que d'ici à la fin de l'été, tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés".

"

L'ensemble des plus de 75 ans qui n'ont pas réussi à obtenir un rendez-vous seront appelés

"

Le président de la République a cependant reconnu des lacunes dans la vaccination des personnes de plus de 70 ans: "Je sais que beaucoup de nos aînés ont essayé de prendre rendez-vous pour se faire vacciner ces dernières semaines, trop souvent sans succès et j'en suis profondément désolé." "Ce n'est pas acceptable", a-t-il affirmé, expliquant avoir "demandé à l'Assurance maladie de mobiliser des équipes pour y remédier". "L'ensemble des plus de 75 ans qui n'ont pas réussi à obtenir un rendez-vous seront appelés", a-t-il assuré, tandis qu'"en parallèle un numéro spécial sera mis à disposition pour prendre un rendez-vous".

Pour les professions les plus exposées, en particulier les enseignants et les forces de l'ordre,(...)


Lire la suite sur Paris Match