Vaccination au coronavirus : quel état d'esprit dans les Ehpad ?

Pour préparer la campagne de vaccination qui arrive à grands pas, le médecin d’un Ehpad de Cachan (Val-de-Marne) a décidé d’organiser une campagne de tests sérologiques afin de savoir quels résidents n’ont jamais contracté le virus. Ce sont eux qu’il faudra vacciner en premier. Mais tous ne sont pas convaincus. Peur des effets secondaires, d’un vaccin élaboré dans l’urgence… l’un de ses patients ne s’estime pas assez informé sur le nouveau vaccin. À 81 ans, Monique a pesé le pour et le contre, et va finalement se faire vacciner : "Je n’ai jamais été antivaccin, mes enfants les ont tous eus". Pas de pression des médecins Le docteur Claude Rabatel constate aussi des réticences chez les familles des résidents. Les personnes favorables au vaccin sont minoritaires. Le médecin essaye de n’influencer personne : "C’est beaucoup plus facile de prendre parti quand un médicament a déjà fait ses preuves, là il faut rester prudent par rapport à notre investissement pour les pousser dans un sens ou dans l’autre." Avant de vacciner ses patients, il devra recueillir leur consentement éclairé, ou celui de leur famille.