Vaccination AstraZeneca au point mort: que vont devenir les millions de doses?

·Chef de rubrique Science et Environnement
·1 min de lecture
Le vaccin AstraZeneca est de moins en moins utilisé en France. (Photo: Yulia Reznikov via Getty Images)
Le vaccin AstraZeneca est de moins en moins utilisé en France. (Photo: Yulia Reznikov via Getty Images)

SCIENCE - “Pour nous protéger, pour protéger nos proches, vaccinons-nous!” Après avoir reçu une dose lundi 31 mai, à l’occasion de l’ouverture pour tous les adultes à la vaccination, Emmanuel Macron appelait l’ensemble des Français à continuer l’effort face au Covid-19 et à prendre rendez-vous.

Dans la semaine qui a suivi, les Français étaient plus de 500.000 à recevoir une injection quotidiennement. Mais derrière ce bilan plutôt positif, qui devrait permettre d’atteindre l’objectif de 30 millions de vaccinés avant la mi-juin, se cache un vilain petit canard nommé AstraZeneca.

Mercredi 2 juin, alors que 390.000 personnes recevaient pour la première fois une dose, seules 2231 premières injections du vaccin britannique étaient réalisées. Sur la semaine, ce chiffre n’a pas dépassé les 3000, soit moins de 1% du total.

Les causes de ce naufrage sont connues et mêlent des effets indésirables très rares, mais plus importants que pour les vaccins à ARN messager, et une communication désastreuse de la part du gouvernement depuis des mois. Mais si les choses ne changent pas, que faire de ces doses qui risquent de pourrir dans les frigos?

Des stocks qui s’accumulent

Il faut déjà rappeler qu’au global, le nombre de doses d’AstraZeneca injectées est en hausse depuis 15 jours. Mais cela est uniquement dû aux injections de la seconde dose, qui a lieu 12 semaines après la première, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous.

Au vu du nombre de primovaccinés, il reste encore environ 3,2 millions de secondes doses à injecter dans les semaines à venir. Cela laisse de la marge, même si AstraZeneca n’attire plus les foules. Sauf qu’&agr...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles