Vaccination anti-Covid: l'OMS contre les accords bilatéraux avec les laboratoires

·2 min de lecture

L'OMS a beau appeler depuis un an à la solidarité internationale dans la lutte contre le Covid-19, le message visiblement ne passe pas. L'Organisation mondiale de la santé dénonce les surplus de vaccins fait par certains pays riches. Ils empêcheraient les autres de s'en procurer en plus de faire gonfler les prix. Dans le viseur : l'Allemagne. Mais pas que.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Le nationalisme vaccinal était redouté par l'OMS. Il serait déjà à l'œuvre à en croire l'agence onusienne. Sur les 42 pays qui ont commencé à vacciner leur population, seuls 6 sont des pays à moyen ou faible revenu. L'OMS leur a pourtant garanti 2 milliards de doses de vaccins grâce à son programme Covax. Mais il est court-circuité par les pays riches qui négocient directement avec les fabricants.

« Je veux que les fabricants de vaccins priorisent leurs livraisons et le fassent à travers le programme Covax, a martelé Tedros Adhanom Ghebreyesus. Et je demande aux fabricants et aux pays de cesser de passer des commandes supplémentaires au dépend de Covax. Aucun pays n'est au dessus des autres. Aucun pays ne doit frauder dans la file d'attente pour vacciner toute sa population alors que d'autres n'ont pas de vaccins. »

À lire aussi : Covid-19: la Commission européenne double ses commandes du vaccin de Pfizer/BioNTech

La critique vise notamment l'Allemagne. Berlin a commandé 30 millions de doses supplémentaires du vaccin de Pfizer/BioNTech. Alors que les pays de l'UE se sont engagés à ne pas négocier en parallèle de la Commission européenne. Celle-ci a avancé que la commande de Berlin s'inscrivait dans le plan négocié par Bruxelles. Mais le doute subsiste encore. La tendance reste celle d'une course aux vaccins. Une course menée par Israël qui a déjà vacciné 20% de ses habitants. L'Europe assure, elle, avoir sécurisé assez de doses pour vacciner 80% de sa population.

À lire aussi : Vaccin contre le Covid-19: l’ONU plaide pour un accès équitable au Covax