Vaccination anti-Covid : la France y va doucement, et c'est assumé

Source AFP
·1 min de lecture
En France, quatre jours après le début de la vaccination contre le Covid-19, moins de 200 personnes ont été vaccinées.
En France, quatre jours après le début de la vaccination contre le Covid-19, moins de 200 personnes ont été vaccinées.

Un million de personnes ont déjà été vaccinées aux États-Unis, 650 000 en Israël, plus de 600 000 au Royaume-Uni, 78 000 chez nos voisins allemands et 8 300 en Italie. En France, au quatrième jour de la campagne de vaccination, moins de 200 personnes ont pu bénéficier du vaccin contre le coronavirus. Une lenteur au démarrage qui suscite beaucoup d'incompréhension dans le camp de l'opposition, mais que le gouvernement semble pleinement assumer.

Comparer la situation de la France à celle des États-Unis n'est pas pertinent, puisqu'ils ont commencé bien plus tôt. Mais en Europe, les pays de l'UE ont tous commencé le 27 décembre. L'écart avec l'Allemagne, par exemple, est donc plus parlant. Une différence qui dénote un « retard français réel et impressionnant », a tweeté le sénateur PS Rachid Temal. « On pourrait peut-être accélérer un peu » pour « sauver des vies », a critiqué le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, sur RMC.

Olivier Véran ne veut pas confondre « vitesse et précipitation »

Le gouvernement avance « à tout petits pas », ce n'est « pas adapté » à la situation, a également déploré le généticien Axel Kahn. Il faudrait au contraire montrer de « l'enthousiasme » en accélérant la vaccination, sinon, les 30 à 35 % de « vaccino-sceptiques » vont être convaincus que, « si on va si lentement », c'est « qu'il y a un danger », a-t-il estimé sur Europe 1.

Lire aussi Covid-19 : le généticien Axel Kahn critique la stratégie vaccinale

« Cet écart que nous pou [...] Lire la suite