Vaccination anti-Covid-19 : pourquoi l’Algérie a choisi le Spoutnik-V

De notre correspondant à Alger, Adlène Meddi
·1 min de lecture
Selon les médias algériens, le vaccin russe présente peu de contraintes logistiques et un prix avantageux pour le gouvernement d'Alger.
Selon les médias algériens, le vaccin russe présente peu de contraintes logistiques et un prix avantageux pour le gouvernement d'Alger.

Les vieilles alliances ont la peau dure. Car, finalement, l'Algérie a opté, pour sa première campagne de vaccination qui devrait débuter en janvier, pour le vaccin de fabrication russe Spoutnik-V.

L'annonce a été faite mercredi 30 décembre par le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Ammar Belhimer, à l'issue d'une réunion gouvernementale consacrée aux modalités d'acquisition du vaccin, et au lendemain d'un entretien téléphonique entre le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, et son homologue russe, Mikhaïl Michoustine.

Le gouvernement a ainsi annoncé la signature d'un « contrat de gré à gré simple pour l'acquisition du vaccin contre le Covid-19 avec un laboratoire russe ».

À LIRE AUSSICovid-19 : « Le vaccin Spoutnik V vaut la peine d'être considéré »

Une première enveloppe de 9,2 millions d'euros

L'Institut Pasteur d'Algérie a également initié une « série de discussions avec la société russe qui produit le vaccin Spoutnik-V, alors que des pourparlers se poursuivent avec d'autres parties étrangères ». Ce qui laisse la porte ouverte à l'acquisition, plus tard, d'autres vaccins.

Le Spoutnik-V, le premier vaccin anti-Covid-19 au monde, a été homologué en Russie en août dernier. Le directeur du Fonds russe d'investissements directs (RFPI), Kirill Dmitriev, avait déclaré, mi-décembre, que la troisième phase des essais permettait d'évaluer son efficacité à 91,4 %.

Ce même mercredi, le directeur général du budget au ministère des Finances [...] Lire la suite