Covid-19 : tensions politiques en Polynésie autour de la vaccination

·1 min de lecture
La couverture vaccinale est encore limitée en Polynésie (illustration).
La couverture vaccinale est encore limitée en Polynésie (illustration).

L?assemblée de la Polynésie française a ouvert jeudi à Papeete sa session budgétaire, une première séance dominée par la stratégie anti-Covid, tandis que 400 opposants à l?obligation vaccinale manifestaient devant l?institution, selon la police. La session budgétaire s?ouvre traditionnellement par des discours de politique générale du président de l?Assemblée et du président de la Polynésie française. Cette fois-ci, ces discours ont surtout porté sur l?épidémie, les vaccins, les traitements et le docteur Jean-Paul Théron. L?arrestation musclée de ce médecin dans un centre de soins, lundi à Tahiti, puis sa garde à vue ont choqué en Polynésie.

Le Dr Théron prescrit de l?hydroxychloroquine et de l?ivermectine. Il fait l?objet de plusieurs plaintes, notamment du Conseil de l?ordre des médecins, pour « pratique de médecine foraine ». Mais, selon le procureur de la République Hervé Leroy, il n?a pas été placé en garde à vue pour cette raison : son interpellation est liée à des violences sur un huissier.

Le président de l?Assemblée n?est pas vacciné

Cette arrestation a pris vendredi un tour politique : devant l?Assemblée, les manifestants affichaient autant leur opposition à l?obligation vaccinale que leur soutien au Dr Théron et aux traitements comme l?ivermectine. Le président Édouard Fritch a défendu dans l?Assemblée la loi sur l?obligation vaccinale, votée un mois plus tôt et qui doit s?appliquer le 23 octobre en Polynésie. L?opposition indépendantiste a déposé [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles