« Pas de vaccin, pas de sexe » : l’appel d’une poétesse sud-africaine

·1 min de lecture
À ce jour, sur une population de 58 millions de personnes, seuls 11% des adultes sont complètement immunisés.
À ce jour, sur une population de 58 millions de personnes, seuls 11% des adultes sont complètement immunisés.

Alors qu?une partie des Sud-Africains refusent de se faire vacciner, la poétesse et actrice Lebogang Mashile appelle les femmes à une grève du sexe, rapporte France Info vendredi 20 août. La féministe sud-africaine espère ainsi que cette initiative permettra d?inciter les hommes à se faire injecter le précieux sérum anti-Covid. La grève du sexe est par ailleurs un outil qui a déjà été fortement utilisé dans le monde, notamment en Afrique.

C?est dans une publication sur Twitter que Lebogang Mashile a émis cette idée. Elle révèle d?abord être surprise par les réticences des hommes face à la vaccination, rappelant que l?Afrique du Sud avait connu dans le passé les dégâts du sida. « Pendant des années, les statistiques sur le VIH en Afrique du Sud concernant les hommes ont été largement basées sur le dépistage des femmes », explique-t-elle sur le réseau social, avant d?ajouter : « Pour notre bien, les femmes doivent conditionner le pumpum [sexe] à la vaccination. » L?animatrice Pabi Moloi a renchéri en lançant le hasgtag #NoVaxNoSex.

« Dire que les femmes doivent priver les hommes non vaccinés de sexe, ça ne le fait pas »

Des propos polémiques qui ont pris de l?ampleur sur Twitter. Si certains trouvent l?idée intéressante, d?autres se sont offusqués de cette utilisation du corps des femmes. « Dire que les femmes doivent priver les hommes non vaccinés de sexe, ça ne le fait pas », écrit sur le réseau social la journaliste sud-africaine Nelisiwe Msomi, qui ques [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles