Vaccin : comment la Seine-Saint-Denis veut favoriser ses habitants

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
Une partie des rendez-vous du vaccinodrome au Stade de France seront réservés aux habitants de Seine-Saint-Denis, parfois trop peu représentés dans les centres de vaccination du département (photo d'illustration).
Une partie des rendez-vous du vaccinodrome au Stade de France seront réservés aux habitants de Seine-Saint-Denis, parfois trop peu représentés dans les centres de vaccination du département (photo d'illustration).

Le vaccinodrome du Stade de France prend forme. Ce centre de vaccination géant contre le Covid-19, annoncé mi-mars, doit ouvrir le mardi 6 avril, indique le département de Seine-Saint-Denis au Point. Plusieurs acteurs seront impliqués : la préfecture du département pour la coordination, l'Agence régionale de santé (ARS) et la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) pour l'attribution des vaccins, les consultations préalables et les injections, mais aussi la ville de Saint-Denis, où se trouve le stade, pour l'accueil du public et l'administratif.

Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis va quant à lui gérer la prise en charge des rendez-vous et atténuer une inégalité constatée depuis le début de la campagne de vaccination : la surreprésentation des habitants des départements voisins. « On est parfois avec [seulement, NDLR] 30-35 % d'habitants de la Seine-Saint-Denis qui se font vacciner dans ces centres », regrettait fin janvier Stéphane Troussel, le président du département, sur BFMTV.

À LIRE AUSSICoignard ? Vaccination des enseignants, l'angle mort du gouvernement

10 000 injections par semaine

Pour le vaccinodrome du Stade de France, une partie des rendez-vous sera en accès libre sur Doctolib, comme pour les autres centres de vaccination. Mais le département va se réserver une partie des créneaux, dont la proportion n'est pas encore arrêtée, pour les attribuer uniquement aux résidents de Seine-Saint-Denis. Une plateforme d'appel dédiée, installée au [...] Lire la suite