Vaccin russe : quels pays européens sont prêts à acheter des doses de Spoutnik V ?

"Angela Merkel n’exclut pas si besoin d’acheter des doses du vaccin russe, mais elle promet de ne rien faire avant le feu vert de l’Agence européenne du médicament", indique Emmanuelle Lagarde, en direct de Berlin, jeudi 1er avril. "La Hongrie, elle, n’a pas attendu, elle vaccine déjà sa population", ajoute la journaliste. D’autres pays européens se montrent plus réticents, notamment la France "qui freine des quatre fers", précise Emmanuelle Lagarde. Un "outil de propagande" pour diviser les Européens Pourquoi la France se montre-t-elle moins convaincue par le vaccin russe ? "D’abord, le gouvernement estime que le vaccin ne sera pas validé en Europe avant la fin du mois de juin, et que d’ici là, les Européens auront reçu toutes les doses de vaccin dont ils ont besoin. L’autre argument est clairement politique : aujourd’hui, à son tour, le secrétaire d’État aux affaires européennes Clément Beaune a accusé Vladimir Poutine de faire de Spoutnik un outil de propagande pour diviser les Européens", détaille la journaliste.