Vaccin obligatoire pour tous? Ces élus de gauche et de droite ont des arguments contre

·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

VACCINATION - La vaccination obligatoire pour tous les Français? Si celle des soignants divise, on peut dire que les députés sont plutôt frileux à rendre le vaccin obligatoire pour tous. Interrogés par Le HuffPost à l’Assemblée nationale, ils invoquent “le libre-arbitre”, “la conscience collective” et “convaincre plutôt que contraindre.”

À droite de l’échiquier politique, on est plutôt contre. “On ne peut pas contraindre aujourd’hui nos concitoyens à se faire vacciner, soutient Philippe Gosselin (LR). Dans l’état actuel de nos connaissances et de la société, de la sensibilité de nos concitoyens, rendre obligatoire quelque chose qui touche à l’intime.”

“On n’imagine pas qu’on puisse obliger la vaccination sur un produit dont le fabriquant dégage toute responsabilité! s’agace Nicolas Dupont-Aignan, de Debout la France. À part l’Arabie Saoudite, il n’y a pas un pays au monde qui rend obligatoire le vaccin.”

L’Arabie Saoudite, comme le Pakistan, impose le vaccin pour entrer dans les établissements gouvernementaux et privés, y compris les lieux d’enseignement et de divertissement, ainsi que dans les transports en commun. En revanche, au Tadjikistan et au Vatican, la vaccination est obligatoire pour tous les adultes.

“Faire confiance au progrès et à la science”

Du côté de LREM et du MoDem, on laisse cependant la porte ouverte. “Pour tous? Cela ressort d’une forme de libre-arbitre...” avance Bruno Questel (LREM). Avant d’ajouter: “Maintenant, il faut que tout un chacun prenne conscience qu’on n’en sortira pas de cette situation par l’opération du Saint-Esprit, si je peux me permettre.”

“Je serais plutôt favorable à ce qu’on arrive à emporter l’adhésion des Français, soutient Erwan Balanant (MoDem). Mais si on n’y arrive pas, il faudra réfléchir à voir comment on peut, par mesures crantées, à une obligation ou une quasi-obligation...”

Mais pour l’instant, cette option n’est pas à l’ordre du jour. “On n’en est pas là, tempère Olivier Faure (PS). Il faut chercher à convaincre plutôt qu’à contraindre. Mais c’est vrai que notre liberté collective dépend de notre capacité à être vaccinés. Il faut faire confiance au progrès et à la science.”

À voir également sur Le HuffPost: Le gouvernement a fini par changer de pied sur la vaccination contre le Covid sur son lieu de vacances

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles