Un vaccin qui n'empêche pas la transmission du virus est-il utile ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Les différents vaccins contre la Covid-19 montrent une efficacité assez remarquable. Ils préviennent les formes graves de la maladie dans 62 à 94 % des cas. Cependant, les données manquent toujours pour savoir si ces vaccins réduisent aussi la transmission du virus.

Il existe en effet deux types d’immunité conférés par les vaccins. L’immunité « effective », qui protège le sujet contre les principaux symptômes d’une maladie mais n’empêche pas le virus d’entrer dans l’organisme et de s’y multiplier, et l’immunité dite « stérilisante », qui prévient l’infection de l’organisme par le virus et empêche donc la propagation du pathogène. Et si la deuxième solution représente le but ultime de la recherche vaccinale, elle est en réalité rarement atteinte.

Vaccins non stérilisants : un virus qui continue à circuler

Un des cas les plus connus de vaccin stérilisant est celui de la variole, la seule maladie dans l’histoire à avoir été éradiquée par un vaccin. Les anticorps produits par la réponse immunitaire en réaction au vaccin éliminent entièrement le virus de l’organisme, et suppriment de fait la circulation du virus. La rougeole est un autre exemple de vaccin à immunité stérilisante.

Mais la plupart des vaccins (hépatite B, oreillons, grippe…) ne procurent qu’une immunité effective. « Avec ces vaccins, le système immunitaire contient suffisamment l’agent pathogène pour prévenir la maladie, mais celui-ci peut persister dans l’organisme et potentiellement infecter d’autres personnes. Cela signifie que l’agent pathogène continue à circuler dans une population, où il peut rendre malades des personnes non vaccinées ou vulnérables, ou encore évoluer vers une forme résistante à la réponse immunitaire », avertit Dawn Bowdish, professeur de médecine à l’université McMaster au Canada, dans le journal Scientific American.

L’immunité acquise par les vaccins passe par la production d’anticorps dits neutralisants. © Christoph Burgstedt, Adobe Stock
L’immunité acquise par les vaccins passe par la production d’anticorps dits neutralisants. © Christoph Burgstedt, Adobe Stock

Quand la vaccination accroît...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura