Vaccin : des hackers nord-coréens ont tenté de pirater AstraZeneca

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
ANKARA, TURKEY - NOVEMBER 27: In this photo illustration, a laptop screen displays logo of the AstraZeneca and a syringe in front of it in Ankara, Turkey on November 27, 2020. Ozge Elif Kizil / Anadolu Agency

Via les réseaux LinkedIn et Whatsapp, ils ont contacté des employés travaillant sur le vaccin contre le coronavirus, révèlent Reuters et CNN.

Un an après l'apparition du Covid-19 et après des mois de circulation du virus partout dans le monde, certains pays résistent-ils toujours à la pandémie ? Officiellement, oui. Outre quelques îles du Pacifique, le Turkménistan et la Corée du Nord déclarent avoir été épargnés. Mais les discours semblent contredits par les actes.

Le 14 octobre dernier, le président Gourbangouly Berdymoukhamedov annonçait ainsi fièrement que son pays, le Turkménistan, n'avait connu aucun cas de coronavirus, dans un discours célébrant l'inauguration d'un hôpital flambant neuf dédié aux maladies infectieuses et capable de traiter une série de maladies des voies respiratoires et de « maladies transmises par des gouttelettes en suspension dans l'air ».

Trois jours plus tôt, le leader nord-coréen Kim Jong-Un se félicitait également qu'il n'y ait pas eu un seul cas de coronavirus dans le pays, lors d'un défilé militaire géant organisé pour le 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs. Mais selon les informations de Reuters, relayées par CNN, des agents de l'ombre travaillant pour le pays s'intéressent de près au coronavirus et, surtout, à son futur vaccin.

Lire aussi Vaccins anti-Covid : mobilisation générale dans le transport aérien

Plusieurs cyberattaques lancées par la Corée du Nord

Des hackers nord-coréens sont ainsi soupçonnés d'avoir tenté de lancer une cyberattaque contre le laboratoire britannique AstraZeneca, qui a mis au point l'un des vaccins les plus promett [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :