Vaccin Covid : des pharmaciens inquiets d'un "retard au démarrage" chez les médecins libéraux

·1 min de lecture

La vaccination contre le Covid-19 dans les cabinets des médecins libéraux, qui doit démarrer le 25 février, risque un "retard au démarrage" à cause d'une procédure imposée tardivement par le ministère de la Santé, selon un syndicat de pharmaciens. La vaccination des personnes de 50 à 64 ans "atteintes de comorbidités" débutera le 25 février et les médecins "volontaires" pour les vacciner dans leurs cabinets ont jusqu'à mercredi soir pour se manifester auprès de leur pharmacie "de référence", s'ils veulent recevoir un flacon de 10 doses du vaccin AstraZeneca la semaine prochaine.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation lundi 15 février

Une décision prise "à la hussarde"

La décision est tombée vendredi dans un message "DGS-urgent" envoyé aux professionnels concernés et publié sur le site du ministère de la Santé. Trop tard, estime Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), qui déplore une décision prise "à la hussarde" alors que "nous travaillions depuis un mois sur le système d'approvisionnement vaccinal en ville". "Le dire le vendredi par un 'DGS-urgent'... Comment voulez-vous que tout le monde connaisse le système d'ici mercredi ? On va perdre du temps au démarrage, alors qu'avec les variants, on n'a pas de temps à perdre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

 

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Le variant anglais engendrerait des symptômes un peu différents

> Déconseillé aux plus de 65 ans, ...


Lire la suite sur Europe1