Vaccin contre le Covid: ces nombreux créneaux vides ne sont pas inquiétants (pour le moment)

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Un centre de vaccination contre le Covid-19 à la Baule, le 17 février 2021 (Photo: STEPHANE MAHE via REUTERS)
Un centre de vaccination contre le Covid-19 à la Baule, le 17 février 2021 (Photo: STEPHANE MAHE via REUTERS)

CORONAVIRUS - La campagne de vaccination en France contre le Covid-19 est-elle en perte de vitesse ? Depuis quelques jours, de nombreuses personnes partagent sur les réseaux sociaux des captures d’écran, notamment du site Doctolib. Toutes ont pour point commun de montrer des dizaines de créneaux de vaccination en attente de trouver preneur.

Résultat, certains se demandent si les critères pour se faire vacciner ont toujours un sens et s’il ne serait pas temps d’accélérer la campagne en assouplissant les critères actuels. Au point que le hashtag ”#LesJeunesVeulentLeVaccin”, était particulièrement discuté ce mardi soir.

À ce jour, seules peuvent recevoir une dose les personnes de plus de 55 ans, les personnes de plus de 50 ans avec une comorbidité listée par le ministère de la Santé, les personnes avec une pathologie à haut risque ainsi que certains professionnels prioritaires.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ces inquiétudes quant à des doses qui resteraient non utilisées n’est pas nouvelle, elle avait notamment déjà émergé avec la fermeture d’un vaccinodrome à Nice faute de volontaires. Faut-il en conclure à un désamour des Français ciblés pour la campagne de vaccination?

Pas de désamour pour la vaccination

Loin s’en faut. Dans le cas précis du vaccinodrome de Nice, deux paramètres permettent d’expliquer en partie ce flop: la campagne de communication autour du lieu est arrivée tardivement et surtout, le centre proposait 400.000 doses du vaccin mal-aimé d’AstraZeneca. Lequel venait d’être à nouveau approuvé par les autorités sanitaires après des questionnements autour de cas de thromboses.

Surtout, les chiffres des taux d’utilisation restent stab...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.