Vaccin contre le Covid-19 : pourquoi le scepticisme des Français est "une mauvaise nouvelle"

·1 min de lecture

Les annonces sur des vaccins efficaces contre le Covid-19 se multiplient. Lundi, la société de biotechnologie américaine Moderna annonce un vaccin efficace à 94,5%. Mardi, les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech ont relevé le niveau d'efficacité de leur produit à 95%. Pour autant, l'OMS appelle à la prudence et à combattre la deuxième vague sans vaccins. Côté Français, un dernier sondage exprime le scepticisme de la population à recevoir une injection pour se protéger du nouveau coronavirus. Nicolas Beytout, chroniqueur de l'actualité politique sur Europe 1, livre son opinion. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 19 novembre 

"La proportion des anti-vaccins ne cesse d’augmenter, au fil du temps et des sondages. Ils étaient 26% en mai selon une étude menée par la prestigieuse revue scientifique The Lancet, chiffre qui grimpait à 41% en juin, puis à 46% mi-octobre et enfin à 50% le weekend dernier. Alors, bien sûr, on peut chercher une explication favorable : on s’approche du déconfinement, l’épidémie fait moins peur, il y a moins d’empressement à se faire vacciner, mais la réalité c’est que c’est une très mauvaise nouvelle. Si le pays veut lutter efficacement contre le virus et retrouver rapidement le cours normal de ses activités, il doit arriver le plus vite possible à ce qu’on appelle l’immunité collective. Et pour y parvenir, il n’y a que 2 moyens : le vaccin ou que les Français tombent malades par millions et fabriq...


Lire la suite sur Europe1