Vaccin contre le Covid-19 : comment l'exécutif balaie l'idée de doses inutilisées

·1 min de lecture

C'est une lueur au bout du tunnel autant qu'un outil politique. Mercredi soir, dans son intervention à 20 heures, Emmanuel Macron a martelé son mantra : "Vacciner, vacciner, vacciner", avec l'idée que l'arrivée progressive des doses permettrait de tourner la page des restrictions liées à l'épidémie de Covid-19 depuis maintenant un an. Pourtant, la vaccination en France se fait surtout au rythme des livraisons, alors que le gouvernement essaie de tordre le cou à l’idée qu'il y aurait des doses inutilisées.

"Pas de Spoutnik sur l'étagère" 

C'est en tout cas ce que répètent les membres du gouvernement depuis quelques jours. "Pas de vaccins dans les frigos", promet le ministre de la Santé, Olivier Veran, quand son collègue à l'Europe, Clément Beaune, affirme que la France n'a "pas de Spoutnik sur l’étagère". "On est en flux tendu", jure-t-on au ministère de la Santé.

 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 3 avril

Concrètement, au dernier pointage, 90% des doses de Pfizer sont utilisées, 75% des AstraZeneca et 65% des Moderna, livrées en plus faible quantité depuis maintenant plusieurs mois. On parle ici de taux d’utilisation, un chiffre qui dépend de l’acheminement des vaccins, de leur mise en flacon mais aussi des doses sécurisées pour la deuxième injection, à l'heure où plus de 9 millions de personnes ont reçu une première dose. "On ne peut pas aller plus vite et on fait avec ce qu’on a. Ce qui manque, ce sont les doses", plaide un conseil...


Lire la suite sur Europe1