Vaccin contre le Covid-19: le gouvernement face à la méfiance des Français

·1 min de lecture

Les premières vaccinations contre le Covid-19 débutent symboliquement aujourd’hui en France. Une poignée de résidents d’Ehpad et des soignants recevront la précieuse piqure ce dimanche. Le défi n’est pas que logistique pour le gouvernement. L’exécutif doit aussi faire face à la défiance de la population. La France est l’un des pays les plus méfiants sur la vaccination.

« Je suis inquiet pour les vaccins », déclarait un ministre français il y a quelques jours. Un sondage publié dans le Journal du Dimanche vient confirmer ses craintes : seuls 44% des Français ont l’intention de se faire vacciner.

Mais le gouvernement tente d'anticiper cette méfiance. Ce dimanche 27 décembre, à côté des personnes âgées, deux soignants se feront eux-aussi vacciner devant les caméras. Et ce n’est pas par hasard. L’image d’une blouse blanche prête à recevoir le vaccin est un moyen de rassurer la population.

L’autre outil du gouvernement est d’associer à sa stratégie une trentaine de citoyens tirés au sort.

Des contre-mesures qui restent symboliques et limitées

À trop vouloir convaincre les Français de se faire vacciner, l’exécutif risquerait l’effet inverse. Près de 7 Français sur 10 estiment qu’Emmanuel Macron a mal géré la crise.

Le gouvernement fait donc profil bas. « On reste en retrait dans cette première phase », confirme ainsi un conseiller du Premier ministre.

Chaque écart se paie cher : un texte de loi qui ouvrait la voie à une vaccination obligatoire a été enterré en vitesse la semaine dernière.

Sur Twitter, Emmanuel Macron le redit donc : le vaccin ne sera pas obligatoire. Le chef de l'Etat appelle les Français à « faire confiance aux chercheurs et aux médecins ».