Vaccin contre le Covid-19 : faut-il donner les créneaux libres aux publics non prioritaires ?

Dans un centre de vaccination contre le Covid-19 prés de Auch, dans le Gers, la campagne de vaccination ne rencontre pas le succès escompté : seuls 830 candidats pour 2 000 doses de vaccin disponibles. À l'échelle du département, seule une personne éligible sur deux est vaccinée, alors certains médecins et le président du conseil départemental, Philippe Martin, prônent l'élargissement à des publics qui ne sont pas prioritaires. "Je demande au gouvernement que dans le département du Gers, avec notre organisation, nos doses, nous puissions vacciner des gens qui ont entre 30 et 60 ans", insiste ce dernier. Pas d'élargissement prévu À l'échelle nationale, les chiffres sont impressionnants. Près de 300 000 rendez-vous sont disponibles, indique le site Vite ma dose, qui recense les créneaux de vaccination disponibles sur le territoire. Pour le gouvernement, hors de question toutefois d'élargir la vaccination aux publics non éligibles. "La règle qui a été mise en place et qui est tout à fait légitime, c'est de vacciner en priorité les personnes vulnérables, a commenté mercredi 28 avril le Pr. Alain Fisher, président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale. (…) Si on ouvrait au premier venu, ça veut dire qu'une personne prioritaire (…) ne sera pas vaccinée aujourd'hui, elle le sera dans un mois."La France se fixe comme objectif de vacciner 80% des personnes les plus fragiles. 4,3 millions de ces personnes ne sont pas encore vaccinées.