Vaccin contre le Covid-19 : le dilemme de l’Ukraine

Par Marc Nexon
·1 min de lecture
Des habitants de Kiev faisant la queue pendant le confinement de janvier en Ukraine.
Des habitants de Kiev faisant la queue pendant le confinement de janvier en Ukraine.

Si beaucoup de pays patinent dans leur stratégie vaccinale, l'Ukraine vit une autre forme de cauchemar. D'abord, la contrebande des vaccins sévit déjà dans le pays. Le président Volodymyr Zelensky a piqué une grosse colère en découvrant que plusieurs députés avaient reçu deux doses de vaccin Pfizer-BioNtech en l'absence de tout approvisionnement officiel. Fin décembre, un avion en provenance d'Israël aurait acheminé les précieux flacons et leurs bénéficiaires auraient déboursé 2 500 dollars pour subir deux injections dans une clinique privée. « Si quelqu'un a cru bon de faire venir clandestinement des vaccins, nous allons réagir le plus sévèrement possible », a tempêté Zelensky.

Ce n'est pas tout. L'ancienne république soviétique, enlisée depuis six ans dans une guerre avec son voisin russe pour reprendre le contrôle de la région orientale du Donbass (13 000 morts), affronte un dilemme : faut-il recourir au vaccin Spoutnik V de « l'ennemi russe » ? Officiellement, le pays parie sur l'arrivée en mars de 8 millions de doses issues de firmes occidentales grâce à l'opération Covax de l'OMS destinée à aider les populations les plus vulnérables. Sauf que l'initiative pâtit des atermoiements des grandes puissances occupées à répondre à leurs propres urgences. Kiev promet aussi l'acheminement de deux millions de doses commandées en septembre auprès de la compagnie chinoise Sinovac. Mais là encore, les produits tardent à arriver. Or le temps presse. Le pays de 42 mi [...] Lire la suite